Bloodborne, entre rêve et cauchemar

En 2015 sortait sur vos PS4 Bloodborne, un action-RPG exclusif à la plateforme et développé par From Software (les parents de la série des Darksouls). Aujourd’hui, en attendant l’annonce d’un potentiel Bloodborne 2, vous avez l’occasion de rallonger un peu l’expérience avec la sortie du artbook proposé par Mana Books ainsi que très prochainement le comics Bloodborne : The Death of Sleep

L’occasion parfaite pour vous présenter, de long en large, cette licence totalement envoûtante qu’est Bloodborne.

Bloodborne

Bloodborne

Une œuvre « Lovecraftienne »

Bloodborne est encore aujourd’hui – et restera ! – un des piliers majeurs de la Playstation 4… Le genre de jeu qui ne vous laisse pas indifférent, que vous admirez et qui vous marque. 

Comme dans les précédents jeux de From Software, vous commencerez par créer votre personnage, un chasseur de monstre, que vous pourrez personnaliser à souhait avec un nombre incroyables de détails et possibilités. Il vous faudra également choisir sa classe : vous aurez le choix entre Timide, Dernier survivant, Enfance perturbée, Passé violent, Professionnel, Vétéran de guerre, Noble rejeton, Cruel destin, Gâchis. Chacune de ces classes vous offres des statistiques différentes qui influencera votre façon de jouer. 

Vous allez alors être plongé dans les rues d’une mystérieuse cité aux allures d’un Londres Victorien du nom de Yharnam. Une ville rongé par un fléau qui, suite à une série d’expériences menés sur les habitants (nommée thérapie du sang), a transformé Yharnam en véritable purgatoire, remplit de créatures toutes plus dangereuses les unes que les autres. 

Dans une ambiance sombre, viscéral, presque organique, Bloodborne parvient à se forger une identité visuelle très inspirée de l’univers du célèbre auteur H.P. Lovecraft. La direction artistique à couper le souffle parvient à marquer les esprits à plusieurs niveaux : de par son level design qui est sans doute l’un des plus beaux qu’il nous a été donné de voir depuis bien des années, par ses créatures tout aussi travaillées et, enfin, via un système de combat dynamique et punitif. Pour parvenir à bout des boss il vous faudra de la patience, de l’entraînement et de l’équipement. 

Bloodborne Yharnam

Yharnam

La mort n’est qu’un doux rêve

Reprenant un système de combat similaire à celui de la série Dark Souls, la mort est omniprésente dans le jeu. Autant vous dire d’emblée que vous allez mourir – beaucoup mourir ! – avant d’enfin réussir. Chaque combat vous procurera des échos de sang (équivalent des âmes dans Dark Souls) qui vous permettra à terme de gagner des niveaux. Bien évidemment, si vous mourrez, vous perdez vos échos de sang accumulés. Vous aurez alors une unique chance de les récupérer, sauf si vous mourrez une nouvelle fois avant d’y arriver, auquel cas vous perdrez définitivement vos gains.

Une fois accumulé assez d’échos de sang, il faudra vous rendre dans un endroit appelé « Le rêve du chasseur » accessible depuis les lanternes (qui servent de checkpoints tout au long du jeu). Le rêve du chasseur est un endroit calme, onirique, et totalement en contradiction avec l’univers crasse de Yharnam. Cet endroit sert de quartier général à votre chasseur, il vous permet non seulement d’augmenter votre niveau avec vos échos de sang, mais également d’améliorer vos équipements, d’acheter de nouvelles armes et armures, de vous procurer des objets, d’obtenir le trophée platine et souffrir toujours un peu plus ou enfin d’accéder aux donjons du calice, des donjons qui sont aléatoires et qui mettront vos nerfs à rude épreuve.

Bloodborne - Le rêve du chasseur

Le rêve du chasseur

Il vous faudra au total une bonne quarantaine d’heure et une patience à tout épreuve pour venir à bout du jeu sans compter les missions annexes et les donjons du calice.

Le DLC Bloodborne : The Old Hunters rajoute quant à lui une petite quinzaine d’heures, avec au programme de nouveaux ennemis dont cinq nouveaux boss, de nouvelles zones et surtout beaucoup de nouvelles armes et armures. Un DLC qui se vaut largement si vous avez apprécié le jeu. 

Bloodborne, l’artbook : revivez l’aventure en image

Artbook de Bloodborne

Déjà disponible au Japon et dans les contrées anglo-saxonnes, nous avons enfin la chance de mettre la main sur ce bel objet et de contempler un artbook de Bloodborne entièrement traduit pour notre plus grand plaisir, et ce grâce à Mana Books.

Il est proposé au format A4 avec une couverture rigide de très bonne qualité. Pour coller au thème du livre, la couverture est granuleuse, si bien vieillie que l’on dirait réellement un livre ancien. Un aspect global très réussi. Niveau contenu, l’ouvrage compte 256 pages et quelques 700 travaux préparatoires, croquis et illustrations inédites. Regorgeant de détails, c’est l’outil parfait pour s’émerveiller devant toute la beauté de cet univers.

En feuilletant le livre, l’immersion s’opère rapidement et le lecteur aura l’impression de revivre son expérience de jeu, car il en reprend la trame et la chronologie. Il s’agit d’un véritable plongeon dans les coulisses de cet univers envoûtant, une possibilité de profiter pleinement de la direction artistique mise en place, de la ville crasse de Yarhnam et de ses habitants. Lieu, créatures, boss, armes, objets, bonus : tout y passent. En tant que fan, vous serez littéralement comblé de redécouvrir Bloodborne en image. 

Si vous avez aimé le jeu et que vous voulez vous replonger dans Yharnam en patientant l’annonce d’un second volet, ou si vous voulez tout simplement le découvrir sachez que cet ouvrage est disponible depuis le 2 novembre aux éditions Mana Books et au prix de 29.90€. Toutes les informations sont sur le site de l’éditeur.

Bloodborne 2 pour bientôt ?

Alors que nous espérions avoir une annonce lors de la conférence organisée dans le cadre de la Paris Games Week, aucune info n’a filtré, aucune communiqué à l’horizon. Et pour vous faire patienter, une fois l’artbook dévoré, il vous resta encore le comics, qui devrait arriver en février 2018.

Bloodborne : The Death of Sleep

Bloodborne : The Death of Sleep

Éditée par Titan, la BD, Bloodborne : The Death of Sleep sera écrit par Ales Kot (Generation Gone, Zero), et s’appuiera sur des dessins de Pyotr Kowalski (Wolfenstein, Dark Souls). Comme dans le jeu, un chasseur anonyme prendra le contrôle des rues pavées de Yharnam et devra traquer les créatures qui envahissent la ville afin de mettre fin à l’épidémie. Il n’est pas clair si l’histoire a lieu avant, pendant ou après les événements du jeu.

Bloodborne reste donc à ce jour un des meilleurs jeux de la Playstation 4, pour longtemps encore, sans doute. Trois ans après la sortie du jeu, il est donc agréable de retrouver cet univers sous un tout autre format, que ce soit le magnifique artbook proposé par Mana Books ou encore le comics à venir, en 2018. Peut-être, aussi, que ces déclinaisons sont annonciatrices d’une bonne nouvelle concernant une suite  ? Il faudra suivre cela de près… Et pourquoi pas lors de la Playstation Experience qui se déroulera les 9 et 10 décembre 2017 ?

CONCOURS : Amateurs de visual novel et de 2nd degré : le jeu Punch Line tu dois gagner !

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 15 juin 2018

    […] le 25 mai 2018 et nommée sobrement Dark Souls Remastered, mais également et à l’instar de Bloodborne, via un artbook publié par Mana Books : Darks Souls I & II Design Works qui comprend les […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *