Dragon Quest XI S : Une édition ultime nécessaire ?

Considérée comme la première saga de J-RPG sur console, Dragon Quest voit le jour en 1986 dans les studios Enix. Avec Yuji HORII à la conception, Koichi SUGIYAMA aux musiques et, bien sûr, Akira TORIYAMA à la direction artistique, cette série de jeux aura un impact énorme sur l’industrie des jeux de rôles japonais.

Nous commencerons par un petit tour d’horizon de la saga pour finalement arriver au dernier jeu sorti en date : Dragon Quest XI : les Combattants de la Destinée, dans sa version ultime sur PS4. 

La saga Dragon Quest.

Si Dragon Quest a révolutionné le monde des J-RPG sur console, c’est principalement parce qu’il reprend des codes jusque-là connus dans l’univers des RPG: un héros qui ne connaît pas sa destinée doit parcourir un monde fantasy très vaste, rempli de dragons, de démons et de monstres. Le tout à l’aide d’un gameplay basique et simple. On retrouve les traditionnelles barres de point de vie et de magie et le fait de gagner de l’expérience en combattant des monstres. Sur notre chemin, l’on rencontrera de nombreux coffres afin de nous procurer de l’argent ou du matériel et ainsi pouvoir forger de nouvelles armures ou armes. Et enfin des compagnons d’aventures se joindront peu à peu à nous afin de nous aider durant ce périple.

On reconnait la patte graphique d’Akira Toriyama

Une fois le filon trouvé, aucune raison pour Enix de ne pas continuer sur sa lancée ! Et c’est rapidement qu’il se retrouve en compétition avec un certain Final Fantasy des studios Square, pour finalement devenir Square Enix en 2003, entre les épisodes 7 et 8 de Dragon Quest et les 11 et 12 de Final Fantasy.

C’est à partir de Dragon Quest V : la fiancée céleste que le beau pixel art laisse sa place à un remake en 3D qui restera la norme pour les autres épisodes de la saga. Toutefois, le vieux continent doit attendre 2014 avant de voir apparaître un épisode de la sage sur ses terres. Et encore, l’épisode dix n’a jamais vu le jour sur le sol européen…

Un succès mérité.

Comme toute série à succès, Dragon Quest a également eu le droit à pléthore de déclinaisons de son univers dans différents styles de jeu. Bien que la plupart ne soient sortis uniquement au Japon, nous avons eu droit à plusieurs épisodes de Dragon Quest Monsters, sans aucun doute grâce au succès de la saga Pokémon puisque DQ Monsters vous donne la possibilité de capturer les monstres de la saga pour les faire combattre contre d’autres. Il faut avouer que l’univers se prête très bien à l’exercice au vu des différents noms que peuvent avoir les monstres : les Gluants, Vampivol ou encore Miaougicien pour n’en citer que quelques uns. Et pourtant, le premier DQ Monsters est sorti AVANT le premier épisode de Pokémon !

Nous avons pu également mettre la main sur les deux épisodes de Dragon Quest Heroes, jeux dans l’univers de Dragon Quest mais avec le gameplay de la série des Dynasty Warriors (comme cela était le cas pour Hyrule Warriors dans l’univers de The Legend of Zelda ou Pirates Warriors pour One Piece).

Egalement grâce à la place qu’à pu prendre Minecraft dans le milieu du jeu vidéo, nous avons pu jouer à Dragon Quest Builders sur nos consoles françaises.

Comme Shulk, héros de Xenoblade Chronicles, les héros de Dragon Quest III, Dragon Quest IV, Dragon Quest VIII et Dragon Quest XI ont obtenu leurs lettres de noblesse chez Nintendo avec leur apparition en tant que personnages jouables de Super Smash Bros. Ultimate.

Et n’oublions pas non plus les adaptations mangas comme la série Fly chez nous, en 37 volumes qui a été renommé Dragon Quest : la quête de Daï pour sa réédition chez Tonkam ou encore Emblem of Roto, qui est encore en cours de parution. Ni même les différentes adaptation en animes et films.

Dragon Quest XI S : édition ultime, un « remake » ?

La première version de Dragon Quest XI : Les Combattants de la destinée avait eu droit à une sortie internationale en 2018, et c’est au début du mois de décembre que nous avions pu découvrir le jeu dans sa version ultime sur PS4. Alors, est-ce vraiment un remake ? Et qu’apporte cette nouvelle édition par rapport à l’originale ?

Dans Dragon Quest XI, vous vous retrouvez dans la peau de l’Eclairé, un héros d’une ancienne époque qui est censé apparaître pour combattre les ténèbres. Comme le pays est en paix depuis des années, les différents personnages qui vous rejoindront tout au long de votre aventure, vous aideront non seulement à rassembler des indices pour connaître les raisons de votre venue, mais aussi à accomplir votre destinée ainsi que la leur !

Bienvenue à Chronomis. Capture-écran réalisée par JDJ sur PS4 ©2020 Square Enix

Dans la version 3DS de l’épisode, il était déjà possible de switcher entre la version 3D et 2D tout en pixel art du jeu, mais uniquement lors des combats. Dans cette version ultime, vous pourrez choisir de faire tout le jeu soit en 2D à la manière des anciens épisodes de la saga, soit entièrement en 3D. Même si vous choisissez de jouer uniquement en 3D, il existe une des nombreuse quêtes annexes qui vous permettra de passer dans un autre monde, Chronomis, et dont toutes les missions seront uniquement en 2D et vous permettra un retour en arrière dans les anciens épisodes de la saga.

D’autres paramètres seront également modifiables en début de partie, différentes contraintes que vous pouvez vous imposer comme, la mort définitive d’un personnage ou ne pas pouvoir utiliser l’argent gagné.

Mais le principal problème de cette version ultime est que la partie graphique est calquée sur sa version Switch et non la version Next Gen. Ce qui entraînera quelques soucis d’affichage, d’aliasing et en fera une version moins optimisée que sa version originale, graphiquement parlant… On appréciera tout de même le chara design, autant des personnages que des monstres, par Toriyama, reconnaissable entre mille, ainsi que la beauté des décors. En revanche, concernant l’aspect sonore du jeu, on appréciera les améliorations apportées. La possibilité de passer les voix des personnages en japonais et le réarrangement de la BO par un véritable orchestre (alors qu’elle était en version numérique dans la version original), sont des points non négligeables, même si les musiques sont très peu nombreuses et parfois lassantes.

De très beaux décors. Capture-écran réalisée par JDJ sur PS ©2020 Square Enix

Le gameplay est très accessible, parfois même trop lent, mais c’est ce qui fait le charme de Dragon Quest. Cela se ressent principalement sur les combats qui se jouent au tour par tour. Lors des phases de bataille, vous pouvez décider de donner un ordre à chaque personnage ou de laisser l’IA décider seule de leurs actions selon certaines tactiques (« Jouer avec sagesse », « tuer l’ennemi à tout prix »,… etc). Parfois, et c’est une première dans la saga, vos personnages entreront dans un état appelé Hypertonique (qui rappellera le mode « Super Saiyen » aux fans de Dragon Ball Z) permettant de faire des attaques spéciales et/ou groupées, selon le/les personnages qui seront également entourés de cette lueur bleue.

Avancer dans l’histoire ne vous posera pas de problème particulier. Fidèle aux anciens J-RPG jusqu’au bout des ongles, il vous faudra une soixantaine d’heures pour terminer l’histoire, et une bonne centaine d’heures si vous ajoutez les quêtes annexes.


En somme, cette version ultime de Dragon Quest XI a le mérite d’ajouter de nouvelles missions pour les personnages principaux et quelques quêtes annexes en 2D qui raviront les fans de longue date. On notera également l’effort effectué pour mettre en valeurs les musiques de Koichi SUGIYAMA. Toutefois, il reste difficile de voir cette édition ultime comme un remake. Principalement parce que les graphismes ne subissent pas une refonte si impressionnante et sont mêmes moins beaux que les originaux. On a alors au final l’impression d’avoir troqué les graphismes contre du contenu supplémentaire.

Pourtant, s’il s’agit de vos premiers pas dans la saga, vous ne pourrez pas rester indifférents devant la beauté des décors, et peut-être même ferez vous une halte, descendrez vous de votre monture pour utiliser le mode Photo et immortaliser l’instant. Bien que très simple et old school, Dragon Quest XI S reste un bon JRPG à mettre entre toutes les mains !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *