Des jeux de société pour voyager au Japon cet hiver !

C’est bientôt les vacances d’hiver que l’on connait traditionnellement pour nos séjours à la montagne, à la rencontre de la neige fugace… Cette année comme 2020, cela sera plutôt jeux de société et d’intérieur. Alors pour s’occuper, quoi de mieux que des parties poétiques, stratégiques ou coopératives entre amis ou en famille ? Journal du Japon vous présente 3 jeux simples et destinés au grand public, qui vous feront voyager au Japon tout en restant chez vous : Ohanami, Yokai et Hagakure.

Ohanami

Ohanami, un nom qui annonce un jeu tout à fait poétique. Et c’est le cas ! Le principe est de créer son propre jardin zen au fil des saisons, en associant savamment des cartes d’eau, de végétation, de pierre et de cerisiers.  Et si vous voulez en savoir plus sur ce que signifie Ohanami, rendez-vous sur cet article. Ohanami est un jeu de cartes jouable de 2 à 4 joueurs. Une partie se déroule en vingt minutes environ. Imaginé par Steffen Benndorf et illustré avec goût et poésie par Christian Opperer, il est édité par les Editions Oya.

Si au début, le concept paraît un peu alambiqué, une fois les règles bien comprises, on a du mal à ne pas enchaîner les parties tant on se prend… au jeu !
La boîte contient 120 cartes, chacune numérotée et représentant un motif lié à un élément du jardin : l’eau, la végétation, la pierre et les cerisiers.
La partie se déroule en 3 saisons, correspondant à 3 manches. À chaque saison, il faut construire son jardin en respectant ces règles :
– Saison 1 : seules les cartes d’Eau rapportent des points
– Saison 2 : seules les cartes d’Eau et de Végétation rapportent des points
– Saison 3 : toutes les cartes rapportent des points.

Il s’agit donc de placer ses cartes stratégiquement. Mais comment ? Chaque joueur reçoit 10 cartes à chaque saison. Lors de son tour, il peut soit poser une carte dans son jardin, représenté par une pile ascendante de cartes, soit mettre jusqu’à 2 cartes de côté s’il ne peut pas ou ne veut pas jouer. Pour poser une carte, la condition suivante doit-être respectée : on peut poser soit au-dessus, soit en-dessous du numéro en tête ou pied de pile (voir photo). Ainsi, si dans votre pile, vous avez seulement la carte n°98, vous pourrez placer les cartes entre 99 et 120 au-dessus, et celles entre 97 et 1 en-dessous. Mais attention à ne pas vous bloquer en posant des cartes aux numéros trop éloignés !

Une fois son choix fait, le joueur passe ses cartes à celui à sa droite pendant la 1ère et 3ème saison, et à sa gauche pendant la 2ème. Ainsi, on joue pendant 10 tours pour éliminer le paquet et on fait tourner les cartes de tout le monde : il faut donc penser à ce qui ne nous intéresse pas, mais aussi au fait que nos adversaires vont peut-être récupérer des cartes leur étant utiles. À vous de ruser !

Pour gagner un max de points, chacun a sa technique : respecter à la lettre les règles de chaque saison pour accumuler des points, ou tout miser sur les Sakura. En effet, les autres cartes ont des valeurs fixes : 3 points pour l’Eau, 4 pour la Végétation et 7 pour la pierre. Le nombre de cartes présentes dans le jeu est proportionnel aux points, ainsi il y a peu de cartes Pierre et beaucoup d’Eau.
Quant aux Sakura, le nombre de points évolue exponentiellement en fonction du nombre de cartes Sakura posées dans l’ensemble des 3 jardins. Ainsi, lors de la 1ère saison, si vous n’avez pas beaucoup de cartes d’Eau, il sera préférable de poser du Sakura plutôt que les autres catégories. Cependant, les Sakura ne deviennent intéressants qu’à partir de 9 cartes posées (testé et approuvé !), soignez donc votre stratégie.

Ohanami, d’apparence complexe par l’abondance d’informations à retenir dès le début, devient vite une véritable partie de plaisir une fois le concept assimilé. D’un tour à l’autre, vous affinerez votre stratégie, choisirez de garder des cartes

de côté pour le tour suivant, essaierez de piéger vos adversaires en observant discrètement leurs jardins présentés en face visible… Et vous aurez du mal à ne pas dire ” allez, 

une petite dernière pour la route ? “ Et surtout, les graphismes des cartes sont vraiment bien travaillés, ce qui ne gâche rien de l’expérience ! L’auteur propose même une variante un peu plus coriace, pas encore testée par ici mais ça ne saurait tarder !

Yokai

© Bankiiiz Editions

Nous n’avons plus besoin de vous présenter les Yokai, ces fantômes et esprits de la mythologie japonaise que vous commencez tous à bien connaître ! Dans le jeu de société Yokai par Julien Griffon, avec Christine Alcouffe aux dessins, Bankiiiz Editions vous propose un jeu de mémoire en coopération. Jouable de 2 à 4 joueurs pour des parties d’une vingtaine de minutes, il n’y a pas plus simple !

Le but est de réussir à remettre les différents Yokai par famille dans un nombre de tours limités. Vous allez avoir les Kitsune en rouge, les Rokurokubi en violet, les Kappa en vert et les Oni en bleu. Après avoir mélangé les 16 cartes Yokai (4 cartes par famille de Yokai), il vous faudra les disposer en un carré de 4×4. À l’aveugle et à l’aide d’indices limités, vous devez maintenant réussir à faire en sorte que chaque Yokai de la même famille se touche pour gagner la partie.

À chaque tour, dans cet ordre, vous devrez :

  • Regarder deux cartes Yokai avant de les reposer où vous les avez trouver
  • Déplacer une carte (n’importe laquelle, pas forcément une de celles que vous avez vu). Attention, les cartes doivent toujours se toucher. Impossible de bouger une carte si cela veut dire qu’une autre carte va se retrouver seule dans un coin.
  • Dévoiler OU jouer une carte indice. Les cartes indices sont disposées dans un tas à côté du jeu. Pour en jouer une, vous devez la poser sur une carte qui vous permettra de donner à votre/vos coéquipier(s) un indice plus ou moins précis sur la couleur de la carte qui se trouve dessous. Attention, à la fin du jeu, on vérifie la véracité des indices. Si la carte indice ne correspond pas à la carte, vous perdrez des points en fin de partie !

© Bankiiiz Editions

La partie se termine lorsqu’un joueur annonce qu’elle est terminée. C’est à dire que le joueur en question doit être sur de son coup, à savoir : toutes les cartes sont à la bonne place et aucun autre changement doit être fait. Ou alors, la partie prend fin quand il n’y a plus de cartes indices jouables.

Le matériel est minime mais vraiment satisfaisant. Dans une petite boîte carré, les 16 cartes sont vraiment jolies et épurées. Contrairement à Hanabi où les bleues et les vertes pouvaient être confondues malgré les symboles, il est ici impossible de se tromper sur la famille de Yokai que l’on a sous les yeux. Les parties sont très rapides et parfois même très amusantes quand on se retrouve à jouer avec un poisson rouge !

Pour augmenter un peu la difficulté du jeu, il y a également 3 cartes objectifs, imprimées recto verso, qui vous demandera de respecter une forme précise comme forme finale de réunion de vos familles de Yokai. La petite touche en plus pour corser les choses !

Hagakure

Signifiant “à l’ombre des feuilles“, le Hagakure est le guide spirituel et de vie courante des Samouraïs. Si vous voulez en savoir plus, nous vous disons tout ce qu’il faut savoir dans notre article. Dans le milieu des jeux de société, Hagakure est créé par Frank Crittin et Grégoire Largey et mit en dessin par Claire Conan. Proposé par Studio H, il s’agit d’un jeu de stratégie et de plis assez rapide, auquel vous pourrez jouer à partir de 3 et jusqu’à 5 joueurs.

Le but est très simple : comme à la belote, vous devez remporter le plus de plis possible pour marquer le plus de points à la fin de toutes les manches. La boîte se compose de 30 cartes numérotées de 1 à 17 pour les villageois, de 18 à 27 pour les Samouraïs avec en plus 3 cartes Vieux Fous (des Joker ou Atouts). Les joueurs jouent chacun leur tour une carte de leur main, ayant pour seule contrainte de devoir jouer un Samouraï si c’est la première carte jouée du pli. C’est le joueur avec la plus haute valeur de carte qui remporte le pli. Un pli équivaut à 1 point. Remporter le Samouraï 18 fait gagner 1 point de plus et, ne pas remporter de pli donne un -2.

Les subtilités de Hagakure se trouvent dans la stratégie de jeu des Vieux Fous ainsi que dans la possibilité de jouer des petits jetons au début de chaque manche : S’il n’y a qu’un seul Vieux Fou dans un pli, il a une valeur nulle. Mais, s’il y en a au moins deux, il devient la carte la plus forte et fait donc remporter le pli.

Chaque joueur a, au début du jeu, 5 jetons appelés Nobori (les nobori sont des drapeaux ou bannières japonaises à la base utilisés par les militaires, maintenant également utilisés pour faire de la publicité ou des annonces). Avec ces jetons que vous pouvez jouer au début de chaque manche, vous pouvez :

  • décider de ne pas gagner de point durant ce tour (si par exemple vous ne sentez pas votre main)
  • décider de faire deux points de plus si vous gagnez minimum 4 cartes Villageois dans votre/vos plis (5 à 5 joueurs)
  • échanger votre main de base contre le Yomi (le Yomi est un tas de cartes non distribué, laissé de côté, pour ajouter un peu de stratégie au jeu et ne pas pouvoir conter toutes les cartes en cours de jeu par exemple)
  • regarder le contenu du Yomi ou la main d’un autre joueur
  • doubler vos points (attention, si vous ne gagner aucun point, votre -2 devient un -4)

Nous avons beaucoup aimé les dessins de Claire Conan qui a donné à chaque carte sa propre tête. La boîte est vraiment jolie, le matériel de qualité et les règles du jeu très facile à comprendre. La petite immersion est très sympathique !

Finalement, le plus difficile a été de réussir à réunir trois personnes pour pouvoir essayer le jeu. Mais cela ne nous empêche pas de le recommander pour se détendre un peu entre deux gros jeux.

Avec ces 3 jeux de société sur le thème du Japon, vous devriez trouver votre bonheur. Et si vous en voulez encore plus, n’hésitez pas à jeter un coup d’œil aux jeux de société de Don’t Panic Games que nous avons adoré, et à notre sélection de l’année dernière. Attention : une fois que l’on découvre le plaisir des jeux de société modernes, il est difficile de s’arrêter ! 

Nous tenons à remercier la boutique C’est le Jeu pour le prêt des jeux de société Yokai et Hagakure. N’hésitez pas à leur rendre visite au 52 Rue Léon Gambetta à Toulouse ou à commander sur leur site internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *