Mangas de science-fiction : quand le monde touche à sa fin !

Il y a un peu plus d’un an, Journal du Japon vous proposait un focus sur la science fiction en manga et dans la littérature japonaise. Des papiers que vous avez plébiscité et qui ont également montré la pléthore d’offres dans ce domaine, qu’il s’agisse de voyage dans le temps, de cyberpunk, de space opéra, etc. En 2021, notre équipe remet le couvert car il nous restait pas mal de titres sous le coude et qu’il en est arrivé de nouveaux, dont de belles adaptations des chefs d’œuvres de la littérature SF.

Voici donc notre Sélection SF en manga, saison 2 : parlons cette fois-ci de fin de monde, en allant de la dystopie post-humanité à l’invasion alien !

Alma: le voyage solitaire d’un enfant, dans un monde dévasté

Alma de Shinji MITO

« Même si, au final, je n’arrive nulle part… Si à la fin, tu es là… Je n’ai peur de rien. »

Bienvenue en 2105 : la Terre est dévastée. Il ne reste rien d’autre que des montagnes de débris, témoins de notre civilisation passée. Au milieu d’elles, Ray, 15 ans, est à la recherche de survivants. Il ne connaît rien du monde « d’avant » et encore moins de celui de maintenant. Il est né dans ce monde ci, et n’a aucune idée de ce que pouvaient bien être toutes ces choses qu’il voit en morceaux. Aux côtés de Trice, son amie d’enfance, la seule personne qu’il n’a jamais connue, Ray tente tant bien que mal d’avancer dans ce monde hostile aux vents violents et recouvert de neige. Après un événement inattendu qui vient briser le quotidien des deux amis, Ray part à l’aventure, pour un long voyage solitaire, en quête d’autres vies humaines.

Courte histoire de 4 tomes, Alma nous vient de Shinji MITO, un mangaka qui a débuté sa carrière en 2017. Il signe ici son deuxième titre, dans lequel il cherche à s’approprier les codes du genre en posant un postulat assez classique : un univers dystopique où se mélange ignorance, délabrement et conditions climatiques difficiles, le tout sur un fond de technologies qui semblent avoir joué un rôle important dans l’état actuel du monde.

Mais difficile d’en dire plus sans gâcher le plaisir de ce premier tome, réussi : un rythme idéal pour prendre connaissance de cet univers en ruines, de tout ce qui l’entoure et de tout ce qu’il implique, pour finir par un soulèvement de questions qui ne peut que donner envie de connaître la suite. L’humour trouve même sa place ci et là, face à l’ignorance du héros qui ne peut que nous toucher. Sorti en ce début de mois d’avril, Alma est une nouveauté Panini Manga qui devrait trouver sa place chez les adeptes du genre.

Auteur : Shinji Mito (Allegro, Dareka no sekai)

Editeur : Panini Manga

Nombre de tomes : 4 (fini au Japon – 1 tome paru en France)

Prix : 7,99 euros

Format : 16 * 18 cm – 216 pages

Lire un extrait.

 

La Guerre des Mondes : Les martiens ne sont pas des gens sympas

La guerre des mondes« Ce jour là… J’ai immortalisé sur pellicule la fin du Monde tel que nous le connaissions et le début de la guerre entre la Terre… et la planète Mars ! »

En 1901, dans la petite ville anglaise de Maybury, une météore s’écrase… Même si cette « météore » a plutôt l’apparence d’un gigantesque cylindre métallique. C’est l’effervescence qui gagne alors la bourgade et la population se rue pour l’examiner. Jusqu’au moment où le cylindre s’entrouvre, pour laisser apercevoir une petite créature tentaculaire qui décide de faire feu. Le rayon laser détruit absolument tout sur son passage.

La  panique commence à gagner la ville, et l’armée de fantassins et de canons en renfort ne pèse pas bien lourd… Mais le pire reste à venir car, dès le lendemain, d’autres Martiens arrivent et se lancent à l’assaut du haut d’immense robots tripodes que rien ne semble pouvoir arrêter ! Est-ce vraiment la fin du Monde ?

Si le titre de ce manga ne vous ai pas inconnu c’est normal, et ce n’est pas uniquement du à l’adaptation cinématographique de Spielberg avec Tom Cruise en 2005. C’est parce qu’il s’agit de l’un des premiers roman de SF, publié en 1898 et signé par Monsieur H.G. Wells, où l’humanité est confrontée aux envahisseurs aliens… L’humanité et surtout l’Empire Britannique, en plein âge d’or et sur la fin de sa célèbre époque victorienne, qui est alors le quasi-maître du monde. On ne compte plus les adaptations de ce roman : des feuilletons radiophoniques, des jeux de rôles, plusieurs films et séries… Dans ce manga débuté en 2018 et signé par Sai IHARA au scénario et Hitotsu YOKOSHIMA au dessin, on savoure le début de l’attaque et la débandade de l’être humain, tellement sûr de sa puissance avec ses petits canons et des hommes aux fusils si impuissants. On voit à des kilomètres qu’il va se prendre une déculottée, mais cela ne gâche rien au plaisir, bien au contraire. Ce n’est que le début du chaos mais l’effet est saisissant, la lecture prenante, et le tout est mis en valeur par une belle édition des éditions Ki-oon dans son écrin rigide et soigné, vêtu de noir et de rouge… un rouge martien, bien entendu !

Auteurs : Sai IHARA (dessin) / Hitotsu YOKOSHIMA (scénario)

Editeur : Éditions Ki-oon 

Nombre de tomes : 2 (en cours au Japon – 1 tome paru en France)

Prix : 13.90 €

Format : 15 * 21 cm -192 pages

Lire un extrait.

 

Le jour où j’ai décidé d’envahir la Terre : le conte extra-terrestre

Jour_decide_envahir_la_Terre_1_ototo«Une fois quand j’étais petit, j’ai vu plusieurs soucoupes volantes. Elles étaient énormes, brillantes et d’une beauté inhumaine. Et puis, soudain, tout est devenu blanc.»

Kôichi Hirose ne semble plus se souvenir de tout ça et son but dans la vie est de reprendre le café de son grand-père, une fois ses études terminées. Aujourd’hui, justement, c’est le jour de la rentrée scolaire et de son arrivée au lycée.

C’est le printemps, une belle journée.

Mais à peine arrivé sur le campus, une jeune fille lui fait face et lui dit… qu’elle est venue pour collecter sa vie ! Ôtori, c’est son nom, est dotée de capacités physiques impressionnantes mais, alors qu’elle s’apprêtait à récupérer le cœur de Kôichi (oui, oui) quelque chose la trouble : il semble que le jeune homme se soit quelque peu transformé depuis leur première rencontre. C’était il y a 10 ans, le fameux jour où tout est devenu blanc. Alors quand Ôtori prétend, puis lui prouve, qu’elle est une extraterrestre venue conquérir la Terre… Kôichi la croit et accepte de passer un marché : s’il veut sauver les siens, il conquerra la Terre à ses côtés.

Un scénario de SF assez original de Maiko OGAWA, auréolé de mystère, d’aliens bien sûr mais aussi de touches de poésie et de tendresse, par le lien qui s’établit entre cette envahisseuse, seule et triste, et le tout jeune Kôichi, d’une profonde gentillesse. Mais cette première rencontre est d’abord oublié par le jeune garçon, et leurs retrouvailles ont le goût d’une étrange découverte pour le lycéen, qui observe la jeune fille défendre la Terre contre des extra-terrestres ennemis (d’autres peuples alien que le sien, s’entend) et qui cherche à comprendre le lien qui les unit… Les souvenirs sont distillés par petits bouts lors des premiers chapitres avant que la mémoire soit retrouvée et dévoilée au lecteur dans le quatrième tome, liant de manière très attachante et touchante ce duo improbable. Aux éditions Ototo, on retrouve ce mélange unique d’ambiance douce-amère, d’action explosive, d’espoir et d’union dans le désespoir qui nous avait marqué dans Samidare, chez le même éditeur, à la différence que cette œuvre ne sera pas cette fois-ci en 10 mais en 15 tomes. A l’image des couvertures qui change à chaque fois dans leur inspiration artistique, cette série est un tableau changeant, presqu’onirique et se lit comme un conte : « Il était une fois… le jour où j’ai décidé d’envahir la Terre. »

Envoutant.

Auteur : Maiko OGAWA

Editeur : Ototo Manga

Nombre de tomes : 15 (fini au Japon – 6 tomes parus en France)

Prix : 6.99 €

Format : 12.8*17.9cm – 294 pages

Lire un extrait.

 

L’appel de CTHULHU : le monstre dort, le mythe n’est pas mort !

L'appel de Cthulhu« J’en sais désormais trop. Ce que j’ai découvert devrait rester ignoré de l’homme pour toujours ! Notre monde renferme une horreur inimaginable… Qui attend son heure ! »

1926, Providence, Rhode Island. L’enterrement de George G. Angell, 92 ans. Il s’est effondré sur le chemin de son domicile, alors qu’il rentrait du port… Les témoins disent qu’il a été bousculé par un marin.

Quand Francis Thurston hérite des possessions de son grand-oncle, archéologue, il se retrouve lié aux terribles découvertes du vieil homme : celles d’une religion étrange, sauvage et ancienne, le culte de Cthulhu, celle d’une mystérieuse gravure représentant son Dieu, monstre à tête de pieuvre à 6 yeux, aux ailes de chauve-souris… Celle d’une cité fantastique enfouie sous les mers et habitée par une créature gigantesque. Une religion qui a ressurgi du plus profond des ténèbres, depuis un mystérieux séisme qui a perturbé l’équilibre du monde et fait faire des cauchemars hallucinants à des hommes dans diverses contrées. Intrigué, Francis reprend les travaux de son grand-oncle et se décide à plonger au cœur des ténèbres…

Célèbre et mythique créature que celle de H.P Lovecraft, si effrayante qu’on ne les raconte jamais aux enfants et même les plus courageux font attention avant de prononcer son nom…Voldemort ? P’tit joueur va ! Après avoir prouvé ses nombreuses qualités, sur le fond comme dans la forme (superbe édition, encore bravo Ki-oon), la collection dédiée à cet auteur majeur du fantastique, de l’horreur et de la SF continue de nous hypnotiser, de nous terrifier sous la plume du talentueux Gou Tanabe (Kasane en 2010 chez Kana, Mr Nobody en 2014 chez Doki-Doki) qui donne des lettres de noblesse à la plume informatique, transmettant comme rarement l’ambiance angoissante et la terreur puissante des sombres profondeurs.

De plus, et enfin : le mythe de Cthulhu arrive à point nommé après 3 autres adaptations en manga de Lovecraft qui ont su établir solidement l’imaginaire de l’auteur, et il n’en brille que mieux dans cet univers fait des peuples anciens, horribles et étranges qui auraient autrefois dominé la Terre…Et qui dorment dans ses profondeurs, en attendant qu’on leur ouvre la porte… « Ph’nglui mglw’nafh Cthulhu R’lyeh wgah’nagl fhtagn.1″

Auteur : Gou TANABE

Editeur : Éditions Ki-oon

Nombre de tomes : 1 (Collection Les chefs d’œuvre de Lovecraft, encore en cours)

Prix : 17.9 €

Format : 15*21cm – 294 pages

Lire un extrait.

 

Parasite : perdre l’humanité pour sauver l’Homme

Parasite« Shinichi, j’ai regardé dans les livres ce que voulait dire « démon », et je trouve que ce qui s’en rapproche le plus, ce sont vous, les humains. »

Depuis des milliers d’années, l’Homme se trouve au sommet de la chaîne alimentaire. Jusqu’au jour où de mystérieuses sphères, contenant de singuliers vers, sont apparus en nombre. Ces entités prennent possession de certains habitants, anéantissant leur ancien « eux » pour les remplacer par une nouvelle forme de vie qui dotent leur nouveau corps de capacités guerrières impressionnantes et très…tranchantes. Elles sont d’autant plus dangereuses qu’elles ont faim. Nul ne sait d’où elles viennent, elles-mêmes n’ont pas l’air de savoir mais…elles sont là pour débarrasser le monde de l’espèce humaine.

Grâce à cette nouvelle édition « Deluxe » des éditions Glénat Manga, voici l’occasion de redécouvrir un classique du manga des années 90 (Le parasite a inspiré le T-1000 de Cameron dans Terminator, rien que ça !), un seinen qui questionne une fois de plus l’humanité sur sa nuisance envers la Terre, son comportement face à ses propres semblables. Cela dit, Parasite c’est surtout l’histoire de Shinichi, jeune lycéen, qui est infecté mais présente une… « anomalie » : le vers a pénétré son bras et n’a jamais pu atteindre le cerveau, épargné. Migy, tel est le nom du « parasite » va désormais débuter une étrange cohabitation, occupant le bras droit et le rendant protéiforme à volonté, étant capable de repérer ses semblables (et inversement, malheureusement), et bavardant souvent avec Shinichi pour essayer de se comprendre et d’avancer ensemble. Car au-delà de la fusion physique entre Migy et Shinichi, les deux êtres vont apprendre chacun l’un de l’autre tout en frôlant la mort : leur duo unique va en effet leur valoir toute l’attention, assez souvent belliqueuse de leur congénères parasites. Shinichi doit faire face la menace qui plane sur ses proches… puis sur l’humanité tout entière. Et pour survivre il va devoir, malgré lui, changer, faire des sacrifices pour ne pas perdre tout ceux qu’ils aiment.

Un immanquable en 8 tomes, source d’inspiration pour de nombreux artistes et un véritable régal à lire !

Auteur : Hitoshi IWAAKI

Editeur : Glénat Manga

Nombre de tomes : 8 (fini au Japon, 6 publiés en France)

Prix : 10.75 €

Format : 13*18cm – 274 pages

Lire un extrait.

 

Voici pour cette sélection SF… en attendant la prochaine bien sûr !

Pour retrouver les liens entre la SF et le Japon ainsi que notre première sélection, direction ici et et, sinon, partagez vos coups de cœur du genre en commentaire !

 

1Dans sa demeure de R’lyeh, le défunt Cthulhu attend en rêvant.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *