Perfect Revolution, ou la touchante banalité du cinéma

Comme tous les ans à la fin de l’année se déroule le festival du cinéma japonais contemporain, soit le Kinotayo, l’occasion de se tenir un tant soit peu au courant d’une partie de l’actualité cinématographique — très riche — de ce pays. Force est de constater cependant que les films que nous avons eu l’occasion de voir ne dressent ni un portrait très élogieux, ni très juste de cette cinématographie. Entre Oh Lucy ! qui semble tout droit sorti du Festival Sundance et Trace of Breath, documentaire qui mériterait la mention éculée « entre tradition et modernité, un éloge du zen à la japonaise » difficile de se faire une idée de la production actuelle de ce pays.

Fort heureusement, Perfect Revolution, une comédie romantique tout ce qu’il y a de plus banale arrive à point nommé dans la programmation, lui permettant de sortir enfin des conventions françaises en matière de cinéma japonais. En sélectionnant un film parfaitement conventionnel.

 

 Perfect Revolution

 

 

L’importance de regarder la masse

Il n’est en effet rien de plus classique que Perfect Revolution, l’histoire d’amour d’un handicapé moteur et d’une bipolaire, au mépris des normes sociales et du quand-dira-t-on. Cela n’a rien de nouveau, ni au Japon, où des cinéastes indépendants comme Shunji IWAI ont déjà abordé ces questions dans PicNic, ni en Corée où le cinéma populaire avec Oasis de Lee CHANG-DONG propose un scénario similaire. C’est donc ici l’occasion parfaite de se confronter à un film dans la norme.
 Perfect RevolutionCette recherche de la normalité, ou du moins de la banalité a plusieurs objectifs. D’une part ces films « normaux » ne sont pas comme leurs contemporains indépendants, qui en remportant un succès aléatoire au Japon, ne sont pas de bons candidats pour représenter les goûts du public japonais. Si certains de ces films de grande qualité remportent un succès commercial, force est de constater que ceux-ci constituent une exception, il est alors difficile de les ériger en porte-étendards de leur cinéma. De la même manière, l’habituelle sélection cannoise en matière de cinéma japonais ne peut prétendre représenter quoi que ce soit, en proposant des films qui semblent parfaitement taillés pour ce festival. Les cinéastes comme Naomi KAWASE et Hirokazu KORE-EDA se coupent de leur public local, préférant proposer une brochure publicitaire du Japon aux Occidentaux en manque de spiritualité plutôt que de chercher à plaire et à représenter les goûts du public japonais. Enfin, les films commerciaux de la veine « WTF Japan » s’ils rencontrent — hélas — un certain succès un peu partout dans le monde, sont sans aucun doute pleinement taillés pour l’exportation. Le simple nom de ce mouvement promu par le gouvernement de Shinzo ABE devrait d’ailleurs suffire à convaincre n’importe quel spectateur averti de l’image biaisée du Japon que de tels films renvoient.
Il est donc important, si l’on souhaite davantage comprendre Perfect Revolution ce pays et la mentalité de ses habitants, de s’intéresser un tant soit peu à la production commerciale qui ne regarde ni l’occident, ni un public d’initiés, mais le public japonais uniquement. À cet égard le visionnage d’animation populaire comme la saga des Crayon Shin Chan (dont l’un des plus éminent représentant sera bientôt diffusé au Forum des Images) ou l’écoute des groupes d’idoles en vogue prend un sens nouveau (comme le soulignera un article ultérieur sur Documentary of NMB48), sans qu’il soit nécessaire de les apprécier, il est important de tenter de les comprendre.
Le hasard fait ici bien les choses, puisque Perfect Revolution, sans être un chef-d’œuvre reste un film très efficace, si tant est que l’on soit un brin sensible aux ficelles qu’il utilise sans gênes.

 Perfect Revolution

Une réussite sous couvert de conformisme

Perfect Revolution est bel et bien une réussite, malgré l’usage récurrent de codes éculés pour nous raconter encore une fois là même histoire. Les mêmes quiproquos plus ou moins comiques sont préservés, le même ton grivois persiste et tous les développements sont attendus, y compris certaines scènes, obligatoires dans tous films contemporains nippons, de danse et de feux d’artifice sur la plage. Perfect Revolution
Cependant ces poncifs sont usés ici avec une grande sincérité. La séance était à ce sujet précédée d’une brève intervention du réalisateur M. Jumpei MATSUMOTO nous précisant qu’il souhaitait avant tout que son film soit vu comme un divertissement. Et c’est sans artifice qu’il nous avoua avoir largement fait diverger la fin du film de l’histoire vraie dont il s’inspire, dans le simple but d’être plus dramatique. Il en résulte un film qui, sans jamais faire preuve d’originalité, ne souffre à priori pas de cet usage caricatural des facilités de son genre. Au contraire, on assiste là à un film qui embrasse pleinement ses stéréotypes et qui, sans s’en moquer à la manière d’une parodie méta, les aborde avec une candeur à laquelle il est difficile de ne pas être sensible.
Que l’on embrasse ces facilitées pour sauter à pieds joints dans le pathos ou qu’au contraire on s’amuse à en repérer le plus possible pour tenter de prédire le prochain développement du scénario n’affecte pas réellement le film. Tout en sachant pertinemment comment cette histoire va se conclure, on se surprend à adopter le parti des personnages avec un plaisir presque enfantin.
Bien sûr l’appréciation de ce film demande au spectateur d’accepter sa proposition, ou plutôt son absence de proposition spécifique, et il s’agit pour les potentiels spectateurs de venir en connaissance de cause. Cependant, au vu de la popularité de certaines œuvres culturelles nippones, cette proposition semble en effet facile à apprécier.

Il ne s’agit cependant pas, comme peuvent le demander parfois certains films, de mettre de côté tout esprit critique, loin de là ! Mais simplement de savoir apprécier, quand ils sont aussi anodins qu’ici, l’usage de procédés narratifs typiques d’un genre. Il faut toutefois se garder de toute indulgence vis-à-vis de films nauséabonds sous prétexte qu’ils soient populaires. Cependant, ici la question ne se pose pas, ou du moins s’inverse : le message particulièrement mièvre du film en fait au pire une œuvre inoffensive et au mieux un message de tolérance.

 Perfect Revolution

Un classicisme qui au final ne dérange pas grand monde

Ces codes narratifs sont relativement peu représentés au sein des importations en salle de cinéma japonais dit « live » (par opposition au cinéma d’animation), on se rend rapidement compte que ces formes sont tout de même relativement répandues, et largement appréciées en France.

Clannad After Story

Difficile en effet de ne pas faire le lien entre Perfect Revolution et les multiples séries mélodramatiques qui fleurissent régulièrement sur les différents services de simulcast, ou qui ont par le passé remporté un vif succès. On pense bien entendu au récent Your Lie in April et bien sûr à la filmographie complète de Makoto SHINKAI, qui en ajoutant occasionnellement une touche de fantastique dans ses œuvres, se concentre principalement sur des romances assez classiques et surtout très efficaces. On pense également aux œuvres de Jun MAEDA et principalement sa triple collaboration avec le studio Kyoto Animation lors de la production de la « trilogie KEY » composée de Air (2005), Kanon 2006 (2006) et surtout de Clannad (2007) et Clannad After Story (2008). Ces œuvres sont toujours aujourd’hui considérées comme des classiques de l’animation moderne malgré un usage massif et décomplexé de très nombreux codes du mélodrame et de la romance. Ces ressemblances avec le cinéma d’animation populaire sont telles que l’on ne doute pas une seconde que s’il avait s’agit d’un film d’animation, il aurait été largement distribué et apprécié — à la manière de Hana et Alice mènent l’enquête, qui a jouit d’une sortie nationale et de relativement bonnes critiques alors que son auteur, Shunji IWAI, continue de sortir ses films « live » dans une indifférence générale en France — .

Hana et Alice mènent l’enquête. L’unique film distribué en France de Shunji Iwai.

Fort heureusement, il n’y a nul besoin d’animation pour apprécier sincèrement ce film, la faute à un jeu d’acteur largement convaincant et à une réalisation qui plutôt que de s’intéresser au prix de la mise en scène et aux cerisiers en fleurs, met en valeur ce qu’il est nécessaire de voir pour que le film fonctionne. S’il aurait été fantastique d’allier mise en scène exemplaire et pathos efficace, ce film préfère faire passer son succès public japonais avant sa réception critique étrangère. Au sein de la sélection du Kinotayo, on se surprend à constater le bien que ce type de film procure.

 

Sans jamais bousculer quoi que ce soit ni apporter quelque chose de nouveau, Perfect Revolution parvient tout de même à nous attendrir, vis-à-vis de la simplicité de son histoire, et de la candeur de sa mise en œuvre.
Bien sûr, l’usage répété de ficelles non dissimulées peut de prime abord en déranger certains, mais l’on se rend vite compte qu’en réalité, cela ne pose de problème qu’aux amateurs d’orientalisme bon marché et aux fans du « WTF Japan » qui de toute façon n’auront de cesse de nous exaspérer. Ces gens-là oublient cependant une chose fondamentale : ce pays dont ils prétendent admirer les productions culturelles est peuplé de personnes qu’ils semblent méconnaître ou pire, ignorer. Si la passion pour un pays qui n’est pas le sien est louable, il ne faut pas qu’elle se transforme en vision fantasmée et figée de la réalité, et encore moins à la mise en marge des gens qui vivent au sein dudit pays. Sur ce point, il est étonnant que ce soit avec Perfect Revolution que le Kinotayo remplit au mieux son objectif, à savoir « favoriser la compréhension de la culture, de l’histoire et des modes d’expression japonais auprès du public français ».

[arve url= »https://www.youtube.com/watch?v=9IOs_X68r7U » /]

 

CONCOURS : Amateurs de visual novel et de 2nd degré : le jeu Punch Line tu dois gagner !

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 23 janvier 2018

    […] de sa superbe d’année en année. Lors de notre premier retour sur la sélection 2017 et de notre critique de Perfect Revolution – film en compétition cette année – nous émettions d’ores et déjà certaines […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *