Quelques excellents mangas que vous avez ENFIN le temps de lire !

Si cette période de confinement et de pandémie n’a rien d’enthousiasmante, beaucoup d’entre-vous y ont déjà vu une occasion de profiter du temps offert pour faire ce qu’ils repoussaient depuis longtemps. Dans cette check-list du confiné, l’équipe de Journal du Japon a décidé de jeter un œil à sa PAL manga et à ses étagères pour vous proposer de lire ou de relire quelques grands « classiques » du manga ou tout simplement des œuvres qui les ont marqués.

Des bons moments de lectures et de belles découvertes en perspectives, voyez plutôt ci-dessous !

 

Maison Ikkoku : parce que Piyo Piyo… et Rumiko TAKAHASHI

Couverture du tome 1 de la nouvelle édition de Maison IkkokuS’il y a bien un endroit où je ne voudrais pas être confiné, c’est dans cette pension de famille avec une bande de fêtards alcooliques et impudiques m’empêchant de réviser et de vivre ma vie comme je l’entend. Enfin, ça, c’était avant qu’ELLE n’arrive. Ça, c’est ce que se dit Yusaku Godai en rencontrant Kyoko Otonashi, la nouvelle concierge, une veuve de 20 ans. C’est ainsi que commence l’une des comédies romantiques la plus célèbre de sa génération, Maison Ikkoku alias Juliette Je t’aime, manga et anime des années 80.

Sous la plume d’une mangaka qu’on ne présente plus, Rumiko TAKAHASHI (Ranma 1/2, Urusei Yatsura, Inu Yasha, etc.) cette histoire en 10 tomes offre tout un incroyable dégradé de situations, de la comédie vers la romance avec des colocataires ubuesques, deux triangles amoureux simples mais universels  – le beau et riche contre l’étudiant raté / la femme mûre et compliquée contre la jeune pimpante et directe – des quiproquos qui deviendront des classiques de l’époque grâce à un sens du timing parfait… Tout cela pour finalement devenir l’histoire passionnelle et passionnante un couple inoubliable. Immergez-vous dans cette histoire, vous ne le regrettez pas !

 

Vinland Saga : best medieval ever

Couverture du tome 1 de Vinland SagaSi vous avez déjà dévoré des séries sur des Vikings et que vous avez envie de Drakar et de coup de glaive qui envoie du lourd, mais aussi d’un manga qui sait traiter de guerre, politique, religion, et capable de brosser un tableau réaliste du quotidiens des guerriers vikings et des populations victimes qu’ils laissent derrière eux, vous avez l’une des deux bonnes raisons de vous jeter sur Vinland Saga. Voici l’histoire d’un jeune islandais, Thorfinn Thorsson, dont le père, ancien chef de guerre, va mourir sous ses yeux. Après une quête de vengeance qui va construire l’assassin qu’il est, dominé par la rage, Thorfinn en viendra à comprendre la vacuité de la guerre, mais ne pourra pas pour autant effacer toutes les âmes de ceux qu’il a tué, qui s’accrochent à lui et le hantent.

Une saga incroyable à travers laquelle le mangaka mêle personnages et événements historiques avec ses propres protagonistes, lors de l’invasion de l’Angleterre par les Danois, au début du XIe siècle puis qui s’établit dans une propriété agricole d’Europe du Nord, avant de repartir vers une Terre inconnue pleine d’espoir : le Vinland. L’autre raison de lire Vinland Saga est la qualité de son action et de ses combats, vifs et puissants, variés en armes et en lieux, riche dans leurs ambitions et leurs justifications, aussi. Plus globalement c’est l’oeuvre de Makoto YUKIMURA qu’il faut dévorer ces jours-ci,avec son manga de SF, Planètes qui est lui aussi un bijou et existe en une seule intégrale là où Vinland Saga compte actuellement 22  numéros au compteur.

Mais lisez les deux de toute façon, vous avez le temps… et ce sont des chef-d’oeuvres.

Quartier lointain : l’évasion, par Jirô TANIGUCHI

quartier lointainSi vous rêvez de vous sortir de votre quotidien, alors plongez dans cette œuvre du grand TANIGUCHI. La scène d’ouverture vous embarque dès les premiers mots du narrateur alors qu’un paysage, d’une beauté comme seule lui savait les dessiner et les cadrer, défile le long d’une fenêtre d’un train. Et la suite est du même acabit. Le phénomène des évaporés, vous connaissez ? Ce sont ces Japonais qui disparaissent volontairement du jour au lendemain laissant famille, amis, travail,… C’est ce qui a touché le héros du récit, homme de 48 ans, dont le père s’est évaporé l’été de ses 14 ans.

Cet été-là, il y retourne dans son corps de l’époque mais avec son esprit d’homme. Va-t-il enfin savoir et comprendre pourquoi son père les a laissés ? Va-t-il l’en empêcher ? Cette pointe de fantastique introduit un récit contemplatif et introspectif dans des décors fabuleux et avec une mise en scène digne d’un film. C’est un récit tellement riche que vous le redécouvrirez à chaque relecture et toujours, il vous touchera.

Et, clairement, vous n’en relèverez le nez qu’au mot fin.

 

City Hall : le manga français steampunk qui envoie !

Couverture du tome 1 de City HallL’action prend place dans un XXe siècle steampunk alternatif, où l’écriture manuscrite donne vie à tout ce que vous écrivez. Après une terrible guerre où elle était la principale arme, son utilisation fût bannie, ne laissant place qu’à l’écriture numérique. Si bien, que l’usage de l’écriture manuscrite s’est complètement perdue et rares sont les érudits encore capables de la pratiquer. Mais un étrange criminel surgit un jour et utilise le papier pour attaquer la ville de Londres. Nos deux héros, Jules Verne et Arthur Conan Doyle sont sur le coup !

Comme vous vous en doutez, ce manga est l’occasion de redécouvrir les auteurs classiques à la sauce steampunk et sur un ton décalé. Imaginez seulement H.P Lovecraft avec ce pouvoir… Sans déconner, classe ou pas ? Et c’est encore mieux quand on a lu quelques-unes de leurs œuvres pour comprendre les références. J’étais ado quand je l’ai lu pour la première fois, et je pense être passé à côté de certaines choses à l’époque. Les prochains jours vont être l’occasion de me replonger dans les 7 tomes de cette fabuleuse série !

 

Ah! My Goddess : culte par excellence

Couverture du tome 1 de Ah My GoddessAh ! My Goddess de Kôsuke FUJISHIMA : une histoire légère, douce et saupoudrée d’aventure parfois dramatique qui, si elle ne brille pas par une intégralité de chapitres captivants, se rattrape sans aucun problème par ses personnages attachants, un dessin élégant et un charme… magique et permanent.  On y suit Keīchi Morisato, jeune étudiant dont la vie est assez quelconque. Mais, après avoir composé un mauvais numéro sur le téléphone de la pension pour garçons où il réside, une déesse nommée Belldandy se rend soudainement chez lui : elle se révèle à lui et explique qu’elle peut lui exaucer n’importe quel vœu, mais un seul. Keīchi, qui croit à une mauvaise blague souhaite que Belldandy reste auprès de lui pour toujours : c’est qui se passe. Suivent quelques temps après les sœurs de Belldandy : Urd, l’ainée et Skuld, la cadette. Un quotidien avec 3 déesses qui s’annonce mouvementé…

Espérons que la période actuelle ne durera pas suffisamment longtemps pour pouvoir re-parcourir ses 48 tomes (parce qu’on est là depuis quelques mois déjà), mais suffisamment pour suivre plusieurs arcs narratifs plus passionnants les uns que les autres et surtout, un trait de dessin qui évolue en permanence au fil des années de publication. Un peu de douceur en ces temps troublés.

Mais si jamais vous préférez la jeunesse japonaise yankee et avez trop de jeux vidéo à faire (on ne sait jamais !), pourquoi ne pas (re)parcourir Bad Company, la préquelle one-shot de GTO qui raconte la rencontre entre ce dernier et son meilleur ami Danma ?

 

Parmi-Eux – hanakimi : Hisaya Nakajo pardi !

Couverture du tome 1 de Parmi Eux Hanakimi nouvelle éditionQui n’a jamais rêvé de faire tout son possible pour être aux côtés de son bien-aimé, de son idole… bref de celui qu’on aime ? Et qui ne serait pas prête à tout pour le faire ? C’est ce qu’a osé Mizuki Ashiya en voulant rejoindre Izumi Sano, un lycéen adepte du saut en hauteur mais qui, du jour au lendemain, décide de tout arrêter. Étudiant dans un internat pour garçon, cela n’effraie pas la jeune fille qui se travestit et traverse l’océan pour être à ses côtés et apprendre à le connaître, jusqu’au jour où le Docteur Umeda, de l’infirmerie découvre le pot aux roses.

Cette série est juste LA série feel-good du moment que j’adore lire et re-lire : pour sa bonne humeur, pour la détermination de Mizuki, pour les situations improbables qui naissent du fait que Mizuki ne doit pas se faire repérer… Et surtout sur les relations qu’elle a avec certains camarades, dont Nakatsu ! Bref, le dessin est beau et touchant, les personnages aussi et on assiste à de belles et franches rigolades ! N’en a-t-on pas besoin en ce moment ? Merci à l’auteur, Nakajo HISAYA d’avoir créée une si jolie pépite.

 

Fruits Basket : cette corbeille de fruits si attachante

Couverture du tome 1 de l'édition Perfect de Fruits BasketAutre shôjo qu’on adore lire et relire c’est Fruits Basket, et entre le nouvel anime lancé l’an dernier (avec la nouvelle saison débutant ce mois-ci en avril), l’édition deluxe et la suite, Fruits Basket Another, en trois volumes… Eh bien on a de quoi se faire plaisir ! Natsuki TAKAYA a réussi à mettre en place une ribambelle de personnages auxquels on s’attache alors même qu’ils sont possédés par l’esprit d’un animal, et qu’une fille extérieure à la famille tente tout pour les aider : on frémit pour eux tant leur quotidien et leur vie avec la malédiction n’est pas simple, on rit avec eux, on les soutient.

En ce moment, un tel titre, avec de si bons sentiments véhiculés par la plupart grâce à Thoru l’héroïne qui tente d’aider les membres de la famille Soma possédée, on prend, et les bras grands ouverts. Sa gentillesse, sa spontanéité, sa détermination, sa volonté… Tout cela en même temps offre un panel d’émotions avec lesquelles on aime renouer. Ajoutez-y la présence de Kyo et Yuki qui tentent eux-mêmes de se trouver et vous avez un beau shôjo qui fait réfléchir, qui met du baume au cœur tout en ouvrant les yeux de ceux qui le lisent.

 

Beck, LE manga musical de référence !

Beck - tome 1Yukio Tanaka, que tout le monde appelle Koyuki, est un jeune étudiant de 14 ans tout à fait banal, voire même un peu trop. Mais sa vie se trouve métamorphosée le jour où il sauve un chien étrange d’agresseurs pour rencontrer son propriétaire, Ryusuke Minami. Ray est un guitariste de talent, qui va lui faire découvrir l’univers du Rock’n’Roll. On va donc voir Koyuki grandir et évoluer, apprendre la guitare et chanter, se forger une personnalité.

Depuis la création du groupe, Beck, le nom du chien, jusqu’à leur ascension dans le milieu musical, en passant par toutes les épreuves rencontrées dans l’industrie, les dessins simplistes de Harold SAKUICHI nous raconte une belle histoire qui est désormais LE manga musical de référence. Des personnages attachants, des informations sur l’histoire de la musique du blues au jazz en passant par le rock et le rap mais aussi de nombreuses références aux plus grandes stars de la musique, le manga Beck est le meilleur moyen de lire la musique !

Une série terminée en 34 tomes, vous la trouverez aux éditions Delcourt….Et, si vous n’en avez pas eu assez, n’oubliez pas que la série a son adaptation de 26 épisodes en animes qui couvrent les 12 premiers tomes – avec une bande son à écouter encore et encore. Et pour prolonger le plaisir, il existe aussi le Live Action Movie (avec Hiro Mizushima dans le rôle de Ryusuke et Takeru Satoh pour Koyuki).

 

Magic Knight Rayearth : un manga guerrier à la façon CLAMP !

Couverture du tome 1 de Magic Knight RayearthAllez, vous cherchez de quoi égayer votre quotidien avec une lecture distrayante et mélangeant de l’action, des sentiments, et de magnifiques dessins ? Eh bien n’attendez plus, voici Magic Knight Rayearth par les CLAMP ! Une série que j’adore re-découvrir alors même que je connais l’histoire sur les bouts des doigts. Une vieille série des CLAMP, datant des années 1990 mais qui reste très actuel. Un manga de magical girl qui change des autres car cette fois ce sont les héroïnes envoyées dans un monde parallèle à celui de la Terre (quoi ? non ? un Issekai ?!) : Umi, Fuu et Hikaru. Chacune aura un élément : l’eau, l’air et le feu et un rôle à jouer pour sauver la princesse Émeraude et Céphiro du machiavélique Zagat ! Pour cela, elles devront assumer leurs rôles de Magic Knight, et réveiller les gardiens robots (quoi du mecha maintenant ? On vous l’a dit : ce titre est très complet !).

La série donne la part belle aux trois filles, à l’évolution de leurs relations, et à leur confrontation avec les personnes de Céphiro : amitié, amour, rivalité… Tout y passe et on cherche à nous ouvrir les yeux sur le potentiel présent en chacun de nous… et pour info, c’est dans cette série qu’apparaît pour la première fois le légendaire Mokona !

 

Ryôma : une comédie dans une époque charnière de l’histoire du Japon

ryoma-1-blackboxPour les amateurs d’histoire du Japon et les fans de comédie, Ryôma est une série courte en 3 volumes qui se dévore tant les faits historiques réels et les passages comiques s’enchaînent bien ! Après Insomnia, Hurlements, Inugami, Emerging, Girlfriend, Manga of the dead et Freak Island, Masaya HOKAZONO nous livre une histoire attachante où l’on suit les aventures de Ryôma Sakamoto dont le souhait initial est de posséder l’un de ces fameux « bateaux noirs ». En effet, comme le dit le résumé :  suite à l’arrivée de l’amiral Perry et de ses « bateaux noirs » qui forcent le Japon à s’ouvrir à l’Occident, le samouraï Ryôma Sakamoto se met à rêver à toutes les possibilités qui lui sont ouvertes, et décide d’aider à renverser le shogunat Tokugawa et à créer un Japon moderne. Au gré de ses rencontres et de ses décisions inopinées, ce jeune homme extravagant va se frotter à différents courants en quête du pouvoir et laisser sa marque dans les débuts du Japon moderne.

Très vite, c’est à un projet beaucoup plus fou qu’il va prendre part : la révolution sans effusion de sang, la restauration de Meiji ! Un manga historique édité par Black Box, où l’on voit le gros travail de recherche effectué par le mangaka pour coller au mieux à la réalité historique et dont la touche humoristique rend la lecture plus simple (même pour des garçons), qui pourrait donner envie aux lecteurs d’en connaître plus sur cette période charnière de l’histoire de l’archipel. Le passage d’un monde féodal à un Japon moderne, quelle aventure ! Voici d’ailleurs notre épisode de l’épopée japonaise sur la restauration de Meiji.

 

Solanin, ou quand la jeunesse déboussolée a trouvé son mangaka : Inio Asano

solanin-integrale--kanaSolanin c’est LE manga qui a fait connaître ASANO à un plus large public (y compris en France, en 2007) et c’est celui par lequel on vous conseille de commencer pour découvrir l’oeuvre de ce mangaka unique en son genre. Solanin, disponible en un tome intégrale de toute beauté chez Kana, raconte l’histoire de Meiko qui exècre son boulot de secrétaire d’une grande entreprise, et de Taneda avec qui elle vit, illustrateur occasionnel pour un magazine et guitariste amateur. Très cynique, la jeune femme n’envisage pas l’avenir de manière positive et entrevoit même la possibilité de « sortir du circuit » en donnant sa démission… Ses amis, Jirô et Katô, ressentent également un malaise quand ils songent à leur avenir…

La vie d’un groupe de jeunes adultes donc, entre fin d’études et premiers jobs, une insouciance de jeunesse qui disparaît, un avenir incertain, les doutes et les premières désillusions de la vie d’adulte…dans une société qui est encore un peu celle de nos parents et où l’on peine à trouver sa place. Si ce confinement que nous vivons tous et peut-être l’occasion pour vous de faire le point, voici la lecture idéale : bouleversante, avec des graphismes fascinants, des personnages justes, totalement attachant. Cela marquera, sans doute, votre vie de lecteur.

 

Vous avez maintenant une belle liste de de manga et de lectures pour les semaines à venir alors restez au chaud, restez chez vous, préparez vous un thé, café, chocolat chaud et lisez… et partagez-nous vos classiques manga en commentaires !

Paul OZOUF

Rédacteur en chef de Journal du Japon depuis fin 2012 et fondateur de Paoru.fr, je m'intéresse au Japon depuis toujours et en plus de deux décennies je suis très loin d'en avoir fait le tour, bien au contraire. Avec la passion pour ce pays, sa culture mais aussi pour l'exercice journalistique en bandoulière, je continue mon chemin... Qui est aussi une aventure humaine avec la plus chouette des équipes !

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Le quartier lointain par Jirô TANIGUCHI est un manga très intéressant je trouve. J’aime aussi beaucoup le journal de mon père du même auteur 🙂

    • Paul OZOUF dit :

      Bonjour Machiko et Laurent,
      Merci de nous avoir lu. L’avantage avec TANIGUCHI c’est qu’il y en a toujours à découvrir et pour de nombreuses ambiances ou occasions !L’homme qui marche et le gourmet solitaire sont parmi mes préférés, mais je suis loin d’avoir lu toutes ces œuvres.

  1. 1 avril 2020

    […] nos attentes mangas, l’eigagenda s’adapte aussi à la situation exceptionnelle que nous traversons, et vous propose […]

  2. 30 avril 2020

    […] a été très compliqué de mettre à jour sa PAL de mangas. L’équipe vous avait déjà fait une proposition de titres à (re)découvrir pour l’occasion ! Mais en dehors de votre PAL, peut-être encore bien garnie, les éditeurs […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *