Cinéma Japonais : le bilan des sorties 2021 en France

Qui dit début d’année dit bilan. Comme en 2020, l’industrie du cinéma a souffert de l’épidémie de Covid-19. En France, les exploitants de salles et les distributeurs ont jonglé avec les 138 jours de fermeture en début d’année, les jauges à 35% puis 65%, les couvre-feu à 21h puis 23h amputant ainsi les séances du soir. Le passe sanitaire a aussi fait son apparition. Retour sur 2021 qui annonce la reprise d’avant l’épidémie… Outre le raz de marée de Demon Slayer : Le train de l’infini, on revient sur une année riche en films japonais qu’on a pu découvrir dans nos salles de cinéma.

Une Cinema japonais en France

Le retour en force d’Hollywood

Si en 2020 Hollywood était à l'arrêt ou presque, 2021 est le retour comme au bon vieux temps pré-covid (ou presque) avec une fin d'année folle grâce à Spider-man: No Way Home et ses plus de 7 millions d'entrées ! Le dernier film avec Daniel Craig dans le rôle de James Bond, Mourir peut attendre (et qui aura attendu longtemps avant de sortir dans nos salles !), dépasse les 4 millions d'entrées : un bon score qui fait de l'espion britannique le top 2 de l'année ! Malgré la crise sanitaire, le film fait mieux que Quantum of Solace (2008) et ses 3,7 millions d'entrées sans rencontrer le même succès commercial de Spectre (2015) et Skyfall (2012) à respectivement 5 et 7 millions d'entrées en France. Presque 30 ans après le film réalisé par David Lynch, le roman de science-fiction de Frank Herbert Dune était de retour au cinéma avec Timothée Chalamet dans le rôle du héros, Paul Atréides. Plus de 3 millions de Français se sont rendus au cinéma pour découvrir cette nouvelle adaptation cinématographique du roman par le réalisateur Denis Villeneuve.

Top 1 : Spider-Man: No Way Home ©Sony Pictures Entertainment ; Top 2 : 007 Mourir peut attendre ©DANJAQ, LLC & MGM ; Top 3 : Dune ©Warner Bros./Legendary

A la 4e place, c'est Encanto, la fantastique famille Madrigal, dernier Disney mettant à l'honneur la culture colombienne qui réunit 3 millions de spectateurs. Preuve de son succès : la musique "Ne parlons pas de Bruno" a d'ailleurs détrôné "Libérée, Délivrée" de La Reine des neiges comme l'a annoncé 20 Minutes ! Les 5e et 6e places sont très disputées avec Tous en scène 2 et Kaamelott - Premier volet d'Alexandra Astier, qui ont tous les deux attiré plus de 2,6 millions de spectateurs. Les Tuches 4 (2,4 millions d'entrées) occupe la 7e place du classement. La comédie de Olivier Baroux fait mieux au box office que le 1er film (1,5 million d'entrées) mais largement moins bien que Les Tuches 3 (presque 5,7 millions) et le 2e opus aux États-Unis (4,6 millions). Le thriller Bac Nord arrive ensuite avec 2,2 millions. Fast & Furious 9 (9e opus et 9e au classement) atteint les 2 millions d'entrées et se classe 5e parmi les 9 films de la franchise (le record est de 4,6 millions pour le 7e film sorti en 2015). Conjuring 3 : sous l'emprise du diable à la 10e place attire presque 1,9 millions de fans de films d'horreur, le meilleur score de la franchise !

Conjuring 3 : sous l'emprise du diable

Vade retro satana Covid ! : Conjuring 3 : sous l'emprise du diable, meilleur film de la franchise en France malgré le Covid ©Warner Bros.

Une reprise du cinéma amorcée

Sans surprise avec 4 mois complets de fermeture des cinémas, la fréquentation est en baisse par rapport à 2019, avec 96,13 millions d'entrées en 2021 contre 213,07 en 2019 (année complète avant la crise du covid) soit une chute de fréquentation de 54,88%. Si on analyse uniquement les entrées sur les mois entiers sans fermeture des salles de cinéma, c'est-à-dire la période de juin à décembre, avec 92,61 millions d'entrées contre 120,55 en 2019, l'écart est seulement de 27,94 millions d'entrées soit une baisse de 23,18%. Et on remarque une accélération de la reprise au mois de décembre qui coïncide avec la sortie de Spider-man: No Way Home notamment (plus de 7 millions d'entrées à lui seul), avec -8,1% de fréquentation par rapport à décembre 2019.

Fréquentation des cinémas en 2019, 2020 et 2021

Source : CNC

Le retour de nombreux films japonais

Après une année 2020 assez triste en nombre de films japonais, 2021 s'est montrée assez généreuse avec une dizaine de films. Tout au long de l’année, la rédaction les a en partie chroniqués (voir nos liens, dans la partie analyse) et ce bilan est l’occasion de faire un panorama assez large du cinéma japonais (d’animation et live réunis) ou en lien avec l’archipel. Voici donc le classement des films selon leur nombre de spectateurs que nous analyserons ensuite.

Classement Film Entrées Date de sortie Distributeur
1 Demon Slayer : Le train de l'infini 727 889 19/05/2021 Wakanim / CGR Events
2 Le Sommet des dieux 222 674 29/09/2021 Wild Bunch
3 Drive my car 198 039 11/07/2021 Diaphana Distribution
4 Belle
111 062 29/12/2021 Wild Bunch
5 Les Amants sacrifiés
66 613 08/12/2021 Art House
6 Onoda - 10 000 nuits dans la jungle 45 512 21/07/2021 Le Pacte
7 True Mothers 25 927 28/07/2021 Haut et Court
8 Le Soupir des vagues 25 541 04/08/2021 Art House
9 Hospitalité 25 044 26/05/2021 Art House
10 Josée, le Tigre et les Poissons 24 196 16/06/2021 Eurozoom
11 Détective Conan - The Scarlet Bullet 23 924 26/05/2021 Eurozoom
12 Violet Evergarden - le film 11 581 19/05/2021 Eurozoom
13 Ride your wave
11 355 01/09/2021 Alba Films
14 On-Gaku : Notre Rock ! 3 957 19/05/2021 Eurozoom

Sources : JP’s Box-Office / CBO-Box Office

Demon Slayer : le train de la hype !

Demon Slayer le train de l'infini

©Koyoharu Gotōge / SHUEISHA, Aniplex, ufotable

Créé par la mangaka Koyoharu GOTŌGE et lancé dans le Shônen Jump en 2016, Demon Slayer s'est imposé rapidement au Japon, détrônant One Piece en se plaçant top 1 des ventes dans le pays en 2019 et 2020. Avant de connaître le succès en France, l'éditeur Panini a connu l'échec commercial avec la publication du manga sous le titre des Rôdeurs de la nuit où seuls les 3 premiers tomes verront le jour, édités entre août 2017 et janvier 2018. C'est grâce au succès de l'adaptation animée des aventures de Kamado Tanjirō par le studio Ufotable en 2019 que la maison d'édition française décide de retenter la commercialisation du manga mais cette fois avec son nom international de Demon Slayer.

Après une première saison très suivie toutes les semaines sur Wakanim, le raz de marée Demon Slayer au cinéma était assuré : le contraire aurait été une grosse surprise ! Demon Slayer : Le train de l'infini est le film ayant fait le plus d'entrées au Japon (28 690 000), surpassant Le Voyage de Chihiro et ses 23,5 millions de spectateurs. En véritable succès planétaire, il est aussi le film d'animation japonais le plus rentable au monde. Pour un budget de 15 800 000$, les recettes mondiales de l'exploitation en salles sont de 501 200 000$ ! Cela signifie que le prix des entrées couvrent plus de 30 fois le budget du film !

En France, plus de 720 000 entrées ont été vendues, loin devant les autres films japonais de l'année. Au box office français, il s'agit du 10e film d'animation japonais (et 20e tous les films japonais confondus), derrière les Ghibli et les deux premiers films Pokémon qui règnent en maîtres ! Prochainement, dans un autre article, nous analyserons plus en détail les films japonais au box office français.

Le Sommet des dieux : vers l'infini et au-delà !

Sommet des dieux, film, imbert, affiche

©2021 Julianne Films, Folivari, Mélusine Productions, France 3 Cinéma, AuRA Cinéma

Qui aurait pu prédire qu'un film d'animation sur l'alpinisme réunirait plus de 220 000 spectateurs ?! A l’origine, Le Sommet des dieux est un roman de Baku YUMEMAKURA, publié entre 1994 et 1997 sous la forme d’un feuilleton. En France, sans traduction française, on découvrira l’œuvre grâce au manga adapté en 5 volumes, entre 2000 et 2003, par le mangaka Jirô TANIGUCHI. Presque 20 ans plus tard, c’est une nouvelle adaptation en film d’animation par le français Patrick Imbert qui a été l’occasion idéale de découvrir ou redécouvrir une œuvre fascinante sur les hauteurs et l’obsession.

Autour de l’ascension de l’Everest, on suit non pas une mais trois histoires : celle de Makoto FUKAMACHI, reporter en mission à Katmandou ; celle de Jôji HABU, légende de l’alpinisme passée sous le radar depuis des années ; et enfin, celle, bien réelle, des alpinistes anglais Andrew Irvine et George Mallory, disparus en 1924, à plus de 8000 mètres d’altitude, alors qu’ils étaient en passe de devenir les premiers hommes à conquérir le plus haut sommet du monde.

Ingénieux dans sa mise en scène, magnifiquement dessiné et animé, avec la musique d’Amine Bouhafa, Le Sommet des dieux est une adaptation qui tient la dragée haute au matériau d’origine et qui vaut autant comme hommage que comme récit à part entière dont on aurait tort, lecteur du manga ou non, de se priver. Pour ceux qui l'auraient manqué au cinéma, il y a des rattrapages avec les DVD et Blu-ray déjà disponibles depuis le 2 février.

Drive my car, le plus gros succès de Ryusuke Hamaguchi

Drive my car

©Diaphana Distribution

Adapté d’une nouvelle de Haruki Murakami qu'on ne présente plus, Drive my car a remporté le prix du scénario au Festival de Cannes 2021 : une belle récompense pour le petit prodige du cinéma japonais contemporain.

Alors qu’il n’arrive toujours pas à se remettre d’un drame personnel, Yusuke Kafuku, acteur et metteur en scène de théâtre, accepte de monter Oncle Vania dans un Festival, à Hiroshima. Il y fait la connaissance de Misaki, une jeune femme réservée qu’on lui a assignée comme chauffeur. Au fil des trajets, la sincérité croissante de leurs échanges les oblige à faire face à leur passé.

Art House et les Saisons Hanabi ont fait connaître Ryusuke Hamaguchi grâce à ses précédents films : Asako I & II en 2019 ; Senses (ou Happy Hour) en 2018 (en 3 doses) et Passion en 2019. Et en 2020, c'est Diaphana Distribution qui a distribué son nouveau film qui réalise son plus gros succès avec presque 200 000 entrées contre moitié moins pour son deuxième meilleur film Asako I & II. Son successeur, Contes du hasard et autres fantaisies (Guzen to sozo), est déjà prévu pour le 6 avril 2022 avec comme promesse un triangle amoureux inattendu, une tentative de séduction qui tourne mal et une rencontre née d’un malentendu.

Belle, le nouveau film de Mamoru Hosoda en perte de vitesse !

Belle

©Studio Chizu

A la fin de l'année, il était impossible de passer à côté de la promotion de Belle dans lequel Louane interprète le personnage principal. Chanteuse, compositrice, musicienne et actrice qui avait gagné un César du meilleur Espoir Féminin pour son rôle dans le film La Famille Bélier, sa participation n'était pas fortuite : en effet, à travers les réseaux sociaux qu'elle utilise activement, Louane  prône la tolérance et l'estime de soi, des valeurs au cœur des films de Mamoru Hosoda.

Dans la vie réelle, Suzu est une adolescente complexée, coincée dans sa petite ville de montagne avec son père. Mais dans le monde virtuel de U, Suzu devient Belle, une icône musicale suivie par plus de 5 milliards de followers. Une double vie difficile pour la timide Suzu, qui va prendre une envolée inattendue lorsque Belle rencontre la Bête, une créature aussi fascinante qu’effrayante. S’engage alors un chassé-croisé virtuel entre Belle et la Bête, au terme duquel Suzu va découvrir qui elle est.

A Journal du Japon, on aime bien la filmographie de Mamoru Hosoda. Pour certains, la première rencontre avec le réalisateur était son film de franchise pour Digimon (2001). S'il s'agissait d'une commande, la main de l'artiste et ses thèmes fétiches étaient déjà là et on prendra plaisir à les retrouver dans Summer Wars (2010) qui était passé inaperçu dans les salles en raison d'un manque de notoriété du réalisateur en France. Le distributeur Eurozoom a bien travaillé car en 2012, Les Enfants Loups, Ame et Yuki connaît un beau succès en dépassant la barre des 150 000 entrées. Distribué ensuite par Gaumont, Le Garçon et la Bête (2016) fera à peine plus avec 170 000 entrées : un score en-deça de ce qui était attendu, en vue de la taille du parc de salles du distributeur ! Avec son nouveau distributeur, Wild Bunch, Miraï, ma petite sœur (2018) dépasse la barre des 200 000 entrées. Le nouveau film Belle, proche de Summer Wars et Digimon, passera hélas difficilement les 100 000 entrées pour arriver à 111 062 entrées début 2022.

Kiyoshi Kurosawa en forme malgré le covid avec Les Amants sacrifiés

©Art House

Après Drive my car en 3e position de notre classement japonais, on retrouve dans Les Amants sacrifiés (Supai no tsuma) Ryusuke Hamaguchi non pas comme réalisateur mais scénariste. Kiyoshi Kurosawa reçoit pour ce drame à la Mostra de Venise 2020 le Lion d'argent du meilleur réalisateur.

Kobe, 1941. Yusaku et sa femme Satoko vivent comme un couple moderne et épanoui, loin de la tension grandissante entre le Japon et l’Occident. Mais après un voyage en Mandchourie, Yusaku commence à agir étrangement… Au point d’attirer les soupçons de sa femme et des autorités. Que leur cache-t-il ? Et jusqu'où Satoko est-elle prête à aller pour le savoir ?

C'est rafraîchissant de voir Kiyoshi Kurosawa s'essayer au film historique et choisir la période du Manchukuo lors de la Seconde Guerre mondiale. Le réalisateur s'est d'ailleurs beaucoup renseigné sur le sujet comme il l'explique dans ses notes du dossier de presse du film : "Ce qui s'est avéré le plus difficile fut de se documenter sur les activités de l'armée japonaise en Mandchourie. Il ne reste en effet pas beaucoup de traces de cette époque. Les Japonais ne s’intéressent pas tant à la compréhension et à l’étude de leur passé…".

Onoda - 10 000 nuits dans la jungle

©Le Pacte

Fin 1944. Le Japon est en train de perdre la guerre. Sur ordre du mystérieux Major Taniguchi, le jeune Hiroo Onoda est envoyé sur une île des Philippines juste avant le débarquement américain. La poignée de soldats qu'il entraîne dans la jungle découvre bientôt la doctrine inconnue qui va les lier à cet homme : la Guerre Secrète. Pour l'Empire, la guerre est sur le point de finir. Pour Onoda, elle s'achèvera 10 000 nuits plus tard.

L'histoire vraie du "héros" Onoda, qui déposera les armes en mars 1974, presque 30 ans après la capitulation japonaise, a été présentée dans la section Un Certain Regard au Festival de Cannes 2021. Cette ouverture du festival, avant sa sortie à la fin du mois de juillet, a certainement contribué au succès dans les salles du film qui atteint presque les 50 000 entrées.

Arthur Harari s’est documenté pour réaliser le film et a notamment rencontré au Japon Bernard Cendron, auteur en 1974, avec Gérard Chenu, du livre Onoda, seul en guerre dans la jungle. Cependant, le réalisateur n’a pas lu Ma guerre de 30 ans sur l'île de Lubang écrit par Onoda lui-même. Il l'explique ainsi : « Je l’ai découvert plus tard quand le scénario était déjà écrit et qu’on allait commencer le tournage. Ne pas avoir lu le livre m’a donné la liberté d’inventer le personnage que je voulais. Pour moi, Onoda était un carburateur à fiction et je ne voulais être prisonnier de sa subjectivité ».

Un été sous le signe des 25 000 entrées

De fin mai à août, 5 films dépassent tout juste ou s'approchent de la barre des 25 000 entrées. Sont ainsi concernés : True Mothers ; Le Soupir des vagues ; Hospitalité ; Josée, le Tigre et les Poissons ainsi que Détective Conan - The Scarlet Bullet. Josée, le Tigre et les Poissons fait autant que Liz et l'Oiseau bleu (du studio Kyoto Animation) et c'est une assez belle surprise pour ce film sur le handicap qui peut être un thème compliqué au cinéma. Le distributeur Eurozoom s'est aussi démené pour faire entrer une franchise culte japonaise dans nos salles obscures françaises. The Scarlet Bullet, le 24e film de la série née dans les années 90, a rencontré son public de fans malgré la crise de covid et le 25e film la fiancée de Shibuya est déjà programmé pour le 18 mai 2022 pour la sortie nationale et en avant-première le 15 avril en simultané avec le Japon. Si les deux sorties d'Eurozoom ont plutôt été des réussites, les films live ont des nombres d'entrées en-deça de leur potentiel.

Des sorties événementielles qui réunissent leurs fans et un film atypique avec On-Gaku : Notre Rock !

Violet Evergarden - le film se maintient à 11 000 entrées comme le précédent film qui est disponible sur Netflix tout en ayant droit à une distribution en salles limitée comme le prévoit le partenariat de plusieurs années entre le distributeur Eurozoom et KyoAni. Alba Film avec Ride your wave de Masaaki Yuasa attire aussi 11 000 fans à la rentrée. On-Gaku : Notre Rock !  atteignant 4 000 entrées ne nous étonne pas, étant un film de niche qui n'a rien à voir avec les films mainstream. Si vous avez raté au cinéma cette expérience visuelle et narrative atypique dans le paysage de l’animation japonaise, nous vous conseillons de vous procurer les DVD ou Blu-Ray !

[Sortie BR/DVD] On-Gaku : Notre Rock ! : au diable les règles !

Interview de Wild Bunch, porté par les films Ghibli et le succès de Le Sommet des Dieux

Avec deux sorties en 2021, Le Sommet des Dieux à la rentrée et Belle à la toute fin de l’année, quel bilan faites-vous de l’année 2021 ?

Thomas LEGAL, Directeur des ventes : L’année 2021 a été très rude avec l’entrée en vigueur du pass sanitaire et le retour de l’épidémie.

Le Sommet des Dieux a été une belle surprise et presque une exception dans ce contexte difficile. Nous avons bénéficié d’une faible concurrence sur l’offre familiale pour exister sur la longueur, et le bouche-à-oreille a continué de porter le film des semaines après sa sortie. Le film vient de recevoir le César du Meilleur Film d’Animation, récompense en forme d’aboutissement de toute cette belle histoire, qui continue de plus belle avec la suite de la vie du film sur tous les écrans.

Tweet Le Sommet des Dieux, César 2022 du Meilleur Film d'Animation

Tweet de Wild Bunch

Malheureusement Belle n’a pas eu la même chance et a subi pour ne rien arranger un week-end quasi estival début janvier qui a porté un coup fatal aux films sortis à la même date.

Malgré les succès de blockbusters comme Spider-Man: No Way Home ou 007, les films Art & Essai peinent à retrouver leur public d’avant covid. Par quoi expliquez-vous ces mauvais scores ?

Thomas LEGAL, Directeur des ventes : Le public cinéphile majoritairement senior n’a pas réellement retrouvé le chemin des salles. La peur de la maladie, le pass sanitaire, une sédentarité qui s’est installée avec les différents confinements sont des facteurs qui expliquent cette difficulté à ramener ce public vers les films art et essai. Et même si Spiderman ou 007 ont attiré un large public, ils font figure d’exception.

Depuis que vous vous occupez de la distribution des films Ghibli, on a eu droit à une réédition des DVD et BR ainsi que l’ajout des Ghibli au catalogue de Netflix. Aurons-nous droit à une nouvelle exploitation des films des salles ? Peut-on espérer revoir Le Voyage de Chihiro au cinéma en 2022 ou prochainement ?

Lisa FONTAINE, Directrice Marketing : Devenus en effet l’heureux distributeur du Studio Ghibli en France depuis septembre 2020, nous avons eu à cœur d’assurer à tous un accès multiple et élargi aux trésors de ce catalogue, dans toute la France. En salles, l’ensemble des films du catalogue est donc disponible. Nous avons choisi de suivre le rythme des exploitants, très dynamiques sur le jeune public et l’animation japonaise, qui organisent de plus en plus des cycles et séances spéciales, avec de très beaux scores toute l’année. On peut notamment citer Mon Voisin Totoro, qui attire toujours autant les spectateurs plus de 20 ans après sa sortie française. Le Voyage de Chihiro (qui a fêté ses 20 ans en 2021) a lui aussi été régulièrement projeté en salles ces derniers 18 mois.

L’enjeu était aussi sur tous les canaux possibles du "chez soi" (ce qui a été d’autant plus bienvenu avec la pandémie) : après leur arrivée sur Netflix l’année d’avant, nous avons ainsi rendu tous les films disponibles pour la première fois en VOD en février 2021 (location à l’acte comme achat digital), puis les avons tous réédités en DVD & Blu-ray à partir de la rentrée 2021 au sein d’une nouvelle collection. Tous ces films rencontrent un gros succès en VOD, DVD & Blu-ray, même en parallèle de leur présence sur Netflix.

‎©Wild Side Video

L’actualité du Studio Ghibli est toujours vive, avec la sortie du nouveau film Aya et la Sorcière réalisé par Goro Miyazaki sur Netflix fin 2021 et ensuite en DVD, Blu-ray et VOD d’ici l’été 2022.

La magie du catalogue Ghibli est de toucher toutes les générations, aussi bien les jeunes adultes qui ont grandi avec ces films, ou les amateurs d’animation japonaise, de plus en plus nombreux, que les familles et parents qui veulent faire découvrir de beaux films à leurs enfants.

Pour 2022, pouvez-vous déjà annoncé les futurs films japonais que vous distribuerez ?

Lisa FONTAINE, Directrice Marketing : Si nous avons un beau line-up salles comme vidéo, à l’exception de Aya et la Sorcière, pas d’autre nouveau film japonais prévu en 2022. Mais pas impossible que nous ayons quelques surprises en réserve…

Aya et la sorcière, un Ghibli surprenant

2021 aura été une année difficile, comme en 2020, avec la fermeture des cinémas, les couvre-feu et les jauges... La lumière au bout du tunnel semble arriver pour 2022 même si tous les spectateurs ne sont pas encore revenus dans les salles obscures à l'heure actuelle. De 2021 on retiendra le phénomène Demon Slayer et ses plus de 700 000 entrées dans ce contexte compliqué mais aussi les beaux succès de Le Sommet des Dieux qui a d'ailleurs gagné le César du meilleur film d'animation et Drive my car, plus gros succès du réalisateur Ryusuke Hamaguchi en France. C'est aussi un beau succès Onoda - 10 000 nuits dans la jungle qui a attiré presque 50 000 spectateurs. On tenait aussi à saluer la sélection de films présentés par Eurozoom à qui l'on doit la distribution en France du beau film Josée, le Tigre et les Poissons ainsi que l'arrivée du Détective Conan pour la première fois dans nos salles obscures. A l'année prochaine pour le bilan de 2022 qui commence très bien avec Jujitsu Kaisen 0 qui démarre sur les chapeaux de roues !

David Maingot

Responsable Culture à JDJ et passionné de la culture et d l'histoire du Japon, je rédige des articles en lien avec ces thèmes principalement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Concours Rentrée littéraire 2022 : des romans, mangas et light novel pour votre PAL !