Cinéma Japonais : le bilan des sorties 2019 en France

Le début de l’année est généralement la période des bilans. Si vous nous lisez depuis de nombreuses années, vous devez connaître nos bilans et analyses de marché du manga que nous publions tous les ans. La rédaction traite tout au long de l’année des sorties cinéma. Et cette année, il était temps de s’occuper du 7e art qui mérite bien lui aussi son bilan ! Alors, que dire sur cette année 2019 ? Un florilège de films, des bonnes surprises et quelques déceptions : lisez la suite pour le savoir !

N’oubliez pas notre sondage : vos avis comptent ! Vous avez jusqu’au 29 février pour répondre à nos 6 questions. Nous mettrons à jour cet article pour analyser vos réponses. Merci d’avance pour votre participation !

Les sorties en 2019 selon le nombre d’entrées au cinéma en France

Hollywood et Disney domine encore et toujours le cinéma en France en 2019. L’année a été marquée par Le Roi Lion, remake en prise de vue réelle qui a frôlé les 10 millions d’entrées suivi de La Reine des Neige 2 (7,3 millions) et les supers-héros Marvel dans Avengers: Endgame (6,9 millions). Profitons-en pour saluer la belle performance de la comédie française Qu’est-ce qu’on a encore fait au Bon Dieu ? (6,7 millions d’entrées) qui arrive en 4e position au box office français, devant Star Wars: L’Ascension de Skywalker (5,9 millions) et Joker (5,6 millions) !

Top 3 France Box office

Revenons maintenant aux sorties de films japonais ou en lien avec l’archipel. Tout au long de l’année, la rédaction les a en partie chroniqué (voir nos liens, dans la partie analyse) et ce bilan est l’occasion de faire un panorama assez large du cinéma japonais (d’animation et live réunis). Voici donc le classement des films selon leur nombre de spectateurs que nous analyserons ensuite.

Classement Film Pays d’origine Entrées Date de sortie Distributeur
1 Alita: Battle Angel États-Unis 2 033 168 13/02/2019 Twentieth Century Fox France
2 Nicky Larson et le parfum de Cupidon France 1 684 404 06/02/2019 Sony Pictures Releasing France
3 Pokémon Détective Pikachu États-Unis 1 682 046 08/05/2019 Warner Bros. France
4 Godzilla II Roi des Monstres États-Unis 667 899 29/05/2019 Warner Bros. France
5 Dragon Ball Super: Broly Japon 561 924 13/03/2019 Wild Bunch Distribution
6 Midway États-Unis 420 596 06/11/2019 Metropolitan FilmExport
7 Asako I & II Japon 101 529 02/01/2019 Art House
8 Wonderland, le royaume sans pluie Japon 81 316 24/07/2019 Art House
9 Les Enfants de la mer Japon 67 132 10/07/2019 Eurozoom
10 Le Mystère des pingouins Japon 51 865 14/08/2019 Wild Bunch Distribution
11 Passion Japon 28 161 15/05/2019 Art House
12 Le Cochon, le renard et le moulin États-Unis 26 873 06/03/2019 Gebeka Films
13 Liz et l’oiseau bleu Japon 24 180 17/04/2019 Eurozoom
14 Promare Japon 16 084 31/07/2019 Eurozoom
15 Le Château de Cagliostro Japon 8 870 23/01/2019 Splendor Films

(Source : JP’s Box-Office)

 

Concernant les films japonais, on constate que peu de distributeurs se battent pour en programmer : Eurozoom (3 films) ; Art House (3 films); Wild Bunch Distribution (2 films) et Splendor Films (1 film). Avec seulement 2 films et le succès de Dragon Ball Super: Broly, Wild Bunch arrive en tête avec 613 789 entrées, devant Art House et ses 211 006 entrées pour 3 films distribués. Eurozoom avec 3 sorties aussi arrive à la 3e place avec 107 396 entrées soit une moyenne de 36 000 entrées par film présenté. Bien évidemment, et comme nous l’expliquerons au cas par cas ensuite, ces chiffres ne présentent que le succès commercial brut du film. Il a son importance car il est scruté par les programmateurs de salles pour prendre des décisions mais peut s’avérer en totale déconnexion avec le potentiel et les attendus de son distributeur. Un Dragon Ball Super: Broly, ce n’est pas Les Enfants de la mer. C’est avec ce regard que l’on peut aussi citer, ci-dessous, les « autres films » japonais de 2019, sortis tardivement, localement voire certains juste une unique séance :

Films sortis en 2019 hors classement en raison d’une sortie tardive ou non nationale :

My Hero Academia Two Heroes Japon 22/01/2019 CGR Events
Fate/Stay Night: Heaven’s Feel II Lost Butterfly Japon   23/02/2019 Wakanim
Made in Abyss L’aube du voyage et Le crépuscule errant Japon 14/04/2019 Wakanim
DanMachi : Arrow of the Orion Japon   02/06/2019 Wakanim
City Hunter – Shinjuku Private Eyes Japon 13/06/2019 CGR Events
Rascal Does Not Dream of a Dreaming Girl Japon   30/07/2019 Wakanim
One Piece Stampede Japon 09/10/2019 CGR Events
Au bout du monde Japon 23/10/2019 Eurozoom
Tenzo Japon 27/11/2019 Survivance
Millennium Actress Japon 18/12/2019 Septième Factory
Jésus Japon 25/12/2019 Eurozoom
Je veux manger ton pancréas Japon   annulée Art House

Un Top 3 américano-français

Top 3 2019

Avec plus de  2 millions d’entrées, le film américain Alita: Battle Angel réalisé par Robert Rodriguez monte sur la première place du podium. Après deux décennies d’attente et de rumeurs, l’adaptation cinéma de Gunnm maintes fois évoquée et repoussée par James Cameron a fini par voir le jour. Si ce n’est qu’entre temps Cameron a fini par en confier la réalisation à Robert Rodriguez, pour ne garder qu’un rôle de producteur. La patience (mêlée de crainte) des fans est donc enfin récompensée par… un film joli et plutôt gentillet, plein de décors numériques chatoyants et de bons sentiments.

Gally (Gunnm) et sa version hollywoodienne, Alita dans Alita: Battle Angel

Gally (Gunnm) et sa version hollywoodienne, Alita dans Alita: Battle Angel

Le problème ? Si le film coche bien toutes les cases du cahier des charges du blockbuster hollywoodien contemporain, c’est en faisant l’impasse ou en trahissant tout ce qui faisait l’essence même de l’œuvre de Yukito KISHIRO et de ses personnages. On obtient donc un film certes beau mais lisse et générique, susceptible de plaire à un large public (qui l’oubliera aussitôt), mais qui ne satisfera ni les fans du manga, ni même les amateurs de SF un peu aguerris.

Deuxième au classement avec 1 684 404 entrées, on retrouve Nicky Larson et le parfum de Cupidon, l’adaptation française de Philippe Lacheau de la série culte City Hunter plus connue en France sous le nom de Nicky Larson. Le détective privé hors-pair est appelé pour une mission à hauts risques : récupérer le parfum de Cupidon, un parfum qui rendrait irrésistible celui qui l’utilise…

Lorsque que le projet du film avait été annoncé et que c’était le réalisateur de Babysitting et Alibi.com aux manettes,  les fans pouvaient avoir des appréhensions quant au respect du dessin animé culte… Au final, que l’on aime ou pas les adaptations, une chose que l’on peut reconnaître à Philippe Lacheau, c’est qu’en vrai fan de City Hunter, il tenait à retranscrire l’esprit de la série en multipliant à l’écran les hommages, gimmicks et clins d’œil à l’œuvre de Tsukasa HÔJÔ. Le film a d’ailleurs été validé par l’auteur et a reçu des bonnes critiques lors de sa sortie au Japon.

Des Pokémons plus vrais que nature !

Des Pokémons plus vrais que nature !

Vient ensuite la bouille de Pikachu, qui a fait craquer les Français avec 1,7 millions d’entrées pour le film américain Pokémon Détective Pikachu réalisé par Rob Letterman. Cette adaptation du jeu vidéo Détective Pikachu sorti en 2016, premier film en prise de vues réelles de la franchise Pokémon, était pourtant un défi de taille : rendre crédibles à l’écran les monstres de poche. Rendre réelles des mascottes du jeu vidéo s’avère en effet plus compliqué qu’il n’y paraît, surtout quand on pense à l’accueil des fans de la première version du hérisson bleu jugée catastrophique pour le film Sonic. L’histoire est simple mais efficace, des ingrédients qui expliquent facilement ce succès :

Après la disparition mystérieuse de Harry Goodman, un détective privé, son fils Tim va tenter de découvrir ce qui s’est passé. Le détective Pikachu, ancien partenaire de Harry, participe alors à l’enquête : un super-détective adorable à la sagacité hilarante, qui en laisse plus d’un perplexe, dont lui-même. Tim et Pikachu unissent leurs forces dans une aventure palpitante pour résoudre cet insondable mystère.

Avec ces trois premières places de notre classement, on remarque qu’à défaut de proposer des films vraiment originaux, les adaptations de mangas (Gunnm de Yukito KISHIRO et City Hunter de Tsukasa HŌJŌ) et de jeu vidéo pour Pokémon, qui surfent sur la vague de la nostalgie, sont des valeurs sûres et qu’elles plaisent bien au public français. Il semblerait donc qu’après une décennie d’adaptations très marquée par les licences de comics, les producteurs (de cinéma comme de séries d’ailleurs, si on pense à Netflix) se soient décidés depuis 2-3 ans à aller piocher dans l’immense vivier japonais, avec des campagnes de promotion dignes des superproductions hollywoodiennes.

Godzilla et Dragon Ball : deux franchises qui continuent de cartonner

Aux 4e et 5e places, on retrouve deux franchises cultes japonaises. Et c’est Godzilla (668 000 entrées) qui a battu le guerrier légendaire de Dragon Ball et ses 100 000 entrées de moins. Ce second film intitulé Roi des Monstres réalisé par Michael Dougherty n’est pas le plus réussi de la franchise mais les nombreuses scènes avec notre kaijū préféré ont semble-t-il convaincu les fans du lézard géant. Beaucoup plus présent à l’écran que dans le premier opus réalisé par Gareth Edwards en 2014, le spectateur assiste à un choc des titans ! Des monstres en veux-tu en voilà avec Godzilla (bien sûr !), le papillon géant Mothra, le dragon à trois têtes King Ghidorah ainsi que le ptérosaure Rodan ! Le MonsterVerse de Legendary et de la Tōhō, avec ce 3e opus, s’installe progressivement et le point culminant devrait être atteint avec la confrontation des deux monstres les plus emblématiques du cinéma dans le prochain film Godzilla vs Kong prévu pour cette année. Nous avions abordé les différents reboots et remakes américains de la franchise dans notre article « De Gojira à Godzilla – le roi du cinéma ».

Dragon Ball Super: Broly  réalisé par Tatsuya NAGAMINE avec sa 5e place de notre classement est le premier film d’animation et c’est aussi le premier film japonais de notre top. On notera que les films japonais live souffrent à part Asako I & II et dans une moindre mesure Passion. Nous reviendrons sur ce cinéma qui peut souffrir de l’étiquette « film d’auteur ». Le manga Dragon Ball – et surtout la série animée diffusée sur TF1 dans le Club Dorothée – sont cultes en France et pourtant, peu de films avaient eu droit à une sortie dans les salles obscures françaises : en 1995, Dragon Ball Z, le film compilait les deux longs-métrages Fusions et L’Attaque du dragon ; et en 1996, Dragon Ball Z 2, le film composé de deux longs-métrages centrés autour du personnage de Broly, Dragon Ball Z : Le Retour de Broly et Dragon Ball Z : Bio Broly. Après Dragon Ball Z : La Résurrection de F en 2015, ce film, c’est donc un grand retour de la franchise mais aussi celui du héros légendaire dans nos salles de cinéma ! Avec plus de 560 000 entrées, les fans d’Akira TORIYAMA sont toujours au rendez-vous.

Une période estivale animée avec 4 sorties sur juillet et août !

Promare : chaud devant !

L’été 2019 aura été animé, si l’on peut dire, avec pas loin de quatre sorties de films en salle étalées entre le 10 juillet avec Les Enfants de la mer et le 14 août avec Le Mystère des pingouins. Plusieurs films étaient donc en concurrence et à l’affiche en même temps.

Notons le décrochage du film Promare, qui malgré le bon accueil et les bonnes critiques des spectateurs, n’a réalisé que 16 000 entrées, avec une version originale sous-titrée uniquement. A la rédaction, nous avions pourtant aimé cette histoire de mutants, de combustion spontanée, de pompiers et de fin du monde flamboyante. On pensait d’ailleurs que plus de spectateurs iraient en salle déclarer leur amour pour ce bijou d’animation (ré)créative qui va à mille à l’heure ! Pour y remédier, le succès de la campagne de financement participatif lancée par Eurozoom a permis la création d’une VF permettant ainsi une nouvelle exploitation du film en salles. La Burning Rescue, équipe de pompiers d’un nouveau genre reprend donc du service début février 2020, en espérant que cela réduise l’écart de cet été !

L’été dernier, le film qui a rencontré le plus de succès avec 81 000 entrées est Wonderland, le royaume sans pluie, une fable écologique destiné plutôt à un jeune public. Certes, beaucoup moins original que le film précédent, réalisé par Hiroyuki IMAISHI du studio Trigger (Gurren Lagann, Kill la Kill) mais forcément plus populaire ! Le film de Keiichi HARA (Un été avec Coo, Colorful, Miss Hokusai) en compétition au festival d’Annecy avait d’ailleurs fait débat dans la rédaction : tantôt un film enchanteur et poétique, une bulle rafraîchissante et un moment à partager en famille ; tantôt un roadmovie inabouti et plat au marketing bien huilé surfant sur la prise de conscience de l’urgence écologique et climatique façon greenwashing. Si le film n’a donc pas fait l’unanimité, il a profité de la canicule pour attirer les familles dans les salles obscures : un bon timing pour cette fable où la morale est que l’eau est une ressource précieuse qu’il ne faut pas gaspiller ! Si le scénario a donc été accueilli de manière mitigé, saluons l’excellent travail de l’artiste russe, Ilya KUVSHINOV, responsable de la conception artistique aux côtés de Keiichi HARA.

Autre film estival qui était aussi de la partie au festival d’Annecy, Les Enfants de la mer d’Ayumu WATANABE arrive second avec 67 132 entrées. Adapter en un film d’1h30min le manga de Daisuke IGARASHI (5 tomes de 200 pages chacun) représentait un grand défi. En grand fan, le réalisateur recruté par le studio 4°C ne voulait pas dénaturer ou trahir l’œuvre. La production a duré 6 ans et le résultat est réussi. Le spectateur, accompagné par les musiques de Joe HISAISHI (Princesse Mononoke, Le voyage de Chihiro…), plonge dans la beauté des fonds marins. Les Japonais sont doués pour produire des films plein de poésie et d’éléments surnaturels ! Une autre fable écologique qui explore cette fois-ci la protection de l’environnement par l’émerveillement, grâce aux scènes de ballet aquatique notamment.

Enfin, quand on parle de pingouins, on pense plutôt à la neige et à l’hiver… Cet été, Le Mystère des pingouins  réalisé par Hiroyasu ISHIDA bouscule tout cela avec un étrange phénomène qui surgit dans une ville japonaise : l’apparition inexpliquée de manchots Adélie. Aoyoma, un jeune garçon, curieux et scientifique en herbe décide de mener l’enquête pour découvrir d’où ils viennent. Le film est une belle histoire pour les plus jeunes, mêlant fantastique et réalité avec les grandes aventures qu’expérimentent les enfants pendant les vacances d’été (sentiments amoureux et amicaux). On regrettera juste que beaucoup d’éléments du film ne sont pas forcément expliqués et cela peut s’avérer frustrant… Sorti à la fin de l’été, le 14 août, cela explique en partie sa 3e place et ses 51 865 entrées.

Midway, le tournant décisif de la guerre du Pacifique

MidwayLe film de guerre Midway réalisé par Roland Emmerich est 6e dans notre classement. Avec un budget modeste de 100 millions de dollar, le réalisateur, habitué aux block busters (Le Jour d’après, 2012)  retrace les 6 premiers mois de la guerre du Pacifique.

Synopsis : Après l’attaque « surprise » de la flotte américaine à Pearl Harbor, la marine impériale japonaise prépare une nouvelle attaque qui devrait éliminer définitivement les forces aéronavales restantes de son adversaire. La campagne du Pacifique va se jouer dans un petit atoll isolé du Pacifique nord : Midway. L’amiral Nimitz, à la tête de la flotte américaine, voit cette bataille comme l’ultime chance de renverser la supériorité japonaise. Une course contre la montre s’engage alors pour Edwin Layton qui doit percer les codes secrets de la flotte japonaise et, grâce aux renseignements, permettre aux pilotes de l’aviation américaine de faire face à la plus grande offensive jamais menée pendant ce conflit.

Avec 420 596 entrées en France et 123,3 millions de dollar de recettes mondiales, le film peut être considéré comme un échec commercial (pour un film américain avec une telle couverture médiatique et un budget de 100 millions de $). 1996 est loin et les films du réalisateur allemand ne rencontrent plus le même succès que son record d’Independance Day qui avait réalisé plus de 817 millions de dollar de recettes mondiales pour un budget de 95 millions de dollar, similaire à Midway. Cette version 2019 ne fera pas oublier La Bataille de Midway réalisé par Jack Smight en 1976.

Des films live propulsés par les Saisons Hanabi

Les 3 premiers films de Ryusuke HAMAGUCHI réunis

Les 3 premiers films de Ryusuke HAMAGUCHI réunis dans un coffret DVD ©Arte Editions

Nous n’avions pas encore parlé de films live japonais. Si quand on parle de cinéma japonais, pour beaucoup de Français, c’est à l’animation qu’ils pensent en premier. Asako I & II (101 529 entrées) et Passion (28 161 entrées), deux films réalisés par Ryusuke HAMAGUCHI se classent 7e et 11e dans notre classement.

Si vous ne le connaissez pas, on le décrit comme le petit prodige du cinéma japonais contemporain. Avec ses films fleuves sur un quotidien qui n’est jamais ce qu’il semble être, le réalisateur aime déplier lentement l’intrigue tout en nuances en abordant des thèmes universels comme l’amour, l’amitié, la maturité… Un cinéaste devenu incontournable pour quiconque s’intéresse au cinéma japonais !

Le succès de ces films vient également de la programmation événementielle pour promouvoir le 7e art venu du Japon avec Les saisons Hanabi. Que cela soit l’animation ou les films en prise de vue réelle, c’est bien l’ensemble de la production japonaise qui a été mis à l’honneur dans la programmation du festival. On regrette par contre que les saisons d’automne ou d’hiver n’aient pas encore vu le jour. Avec l’objectif atteint de 10 000€ fin 2019 lors de la campagne de financement participatif, cela laisse présager le retour du festival en 2020.

Programmation Les saisons Hanabi 2019

Programmation Les saisons Hanabi 2019 ©Hanabi

Une belle surprise : la fable poétique du cochon et du renard

Le Cochon, le renard et le moulin réalisé par Erick Oh est l’une des bonnes surprises de l’année. A la rédaction, nous avions apprécié cette fable pleine de poésie écrite pour un jeune public (à partir de 6 ans) et c’est avec plaisir que nous découvrons sa 12e place et ses 26 873 entrées. Le film aborde des thèmes universels comme le chagrin, l’autonomie progressive de l’enfant et les responsabilités inhérentes, la famille, l’entraide et l’amitié au-delà des différences mais aussi l’écologie. Le style visuel, doux et épuré ainsi que les musiques de Zach Johnston et Matteo Roberts participent à l’attachement du spectateur pour ce petit cochon, devenu le gardien du moulin et le veilleur de brumes.

Synopsis : Un jeune cochon et son père vivent au sommet d’une colline menacée par un gros nuage noir. Avant de partir combattre les brumes, le père construit un moulin à vent pour repousser le nuage et protéger la colline et ses habitants. Resté seul sans son père, le jeune cochon trouve du réconfort et aussi une famille d’adoption avec son ami le Renard. Ensemble, ils font toutes sortes de découvertes surprenantes…

Liz et l’oiseau bleu, la douce mélodie du studio Kyoto Animation

Liz et l’oiseau bleu réalisé par Naoko YAMADA (série K-ON ; le film d’animation A Silent Voice) et produit par le studio Kyoto Animation (avant le triste incendie) a envoûté presque 25 000 spectateurs et occupe la 13e position du classement. Ce conte musical aurait mérité une meilleure place tant pour sa maîtrise de l’animation, sa bande-son ou la palette d’émotions qu’arrive à retranscrire la réalisatrice aidée par le compositeur Kensuke USHIO. Que l’on ait vu Sound! Euphonium ou non, c’est un plaisir d’entrer dans l’univers coloré et musical de la série avec les personnages de Nozomi Kasaki et Mizore Yoroizuka !

Synopsis : Une émouvante et délicate histoire d’amitié entre deux lycéennes, Nozomi et Mizore, toutes deux musiciennes, aussi proches que différentes… Nozomi est une jeune femme extravertie et très populaire auprès de ses camarades de classe, doublée d’une talentueuse flûtiste. Mizore, plus discrète et timide, joue du hautbois. Mizore se sent très proche et dépendante de Nozomi, qu’elle affectionne et admire. Elle craint que la fin de leur dernière année de lycée soit aussi la fin de leur histoire entre rivalité musicale et admiration. Les 2 amies se préparent à jouer en duo pour la compétition musicale du lycée Kita Uji. Quand leur orchestre commence à travailler sur les musiques de Liz und ein Blauer Vogel (Liz et l’Oiseau Bleu), elles croient voir dans cette œuvre bucolique le reflet de leur histoire d’adolescentes. La réalité rejoindra-t-elle le conte ?

Des premières sorties dans nos salles de cinéma pour des films cultes !

Le Château de CagliostroAprès plus de 40 ans d’attente pour le public français, Le Château de Cagliostro (15e au classement) est enfin arrivé dans nos salles obscures ! Si cette sortie n’a pas fait beaucoup de bruit, les fans du studio Ghibli et de la filmographie de Hayao MIYAZAKI ont pu (re)découvrir au cinéma le premier long-métrage du grand maître japonais réalisé en 1979 ! Il ne s’agit pas du film le plus populaire de Miyazaki mais a tout de même attiré un peu moins de 9 000 curieux et nostalgiques.

Synopsis : Le célèbre Lupin dévalise un casino mais s’aperçoit que les billets volés sont des faux. En compagnie de son acolyte Jigen, Lupin enquête sur cette fausse monnaie qui le conduit au château de Cagliostro. Ils apprennent alors qu’une princesse, enfermée dans le château, détiendrait la clé d’un fabuleux trésor…

Autre « nouveauté », Millennium Actress du regretté Satoshi KON, mort en 2010 à l’âge de 46 ans, qui arrive enfin dans nos salles de cinéma 17 ans après sa sortie japonaise. Le Brady lui avait déjà dédié en 2018 une rétrospective en présentant ses 4 films (Perfect Blue, Millennium Actress, Tokyo Godfathers et Paprika) ainsi que la série Paranoïa Agent. S’il n’y a eu eu qu’une séance, le 18 décembre, il s’agissait bel et bien d’une sortie ! Une belle occasion de (re)découvrir sur grand écran ce chef d’œuvre qui n’avait eu droit qu’à une sortie en DVD en 2005.

Millennium Actress

Synopsis : Chiyoko Fujiwara est une ancienne gloire du cinéma japonais. Aujourd’hui, âgée de 70 ans, elle vit recluse chez elle. Un jour, un homme vient lui rendre visite pour l’interviewer sur son passé. Il lui remet une clé, que Chiyoko avait perdu voilà 30 ans. Devant le journaliste et son caméraman elle se met à raconter son histoire. Une vie pleine d’amour et de passion, passée à rechercher un étrange inconnu, celui-là même qui lui a un jour remis cette clé en lui faisant la promesse de se revoir…

Pas de sortie nationale mais une distribution événementielle…

2019 a été aussi riche en soirées événementielles. Une partie des films qui ont droit au Japon à des sorties « traditionnelles » au cinéma a eu droit à une distribution en salle assez restreinte sur le territoire et/ou limitée à des soirées de type événementielles comme les CGR Events pour One Piece: Stampede ou Nicky Larson Private Eyes par exemple.

Si le 14e film de la franchise de pirates n’était pas le meilleur, Stempede était tout de même un bon moment pour les fans qui suivent le manga de Eiichiro ODA depuis 20 ans. Nous avions d’ailleurs profité de cette sortie pour vous conseiller notre sélection des meilleurs films One Piece.

2019 était aussi, comme nous le disions plus haut, sous le signe de la nostalgie ! Le détective privé le plus iconique a eu une belle actualité avec l’adaptation live française mais aussi le film d’animation Private Eyes qui n’aura pas eu droit à une sortie nationale malheureusement. Pour les rattrapages, le film est sorti le 18 février dernier en DVD et Blu-Ray.

Nicky Larson - Private Eyes

Nicky Larson ne craint personne : le chasseur et sa ville !

My Hero Academia Two HeroesDébut janvier, les cinémas CGR accueillaient les supers-héros de My Hero Academia pour leur premier film d’animation baptisé Two Heroes. L’ambiance était sur-vitaminée grâce aux nombreux fans à l’avant-première au Grand Rex ! Le film se situe entre la saison 2 et la saison 3 de l’anime (disponible sur la plate-forme ADN), après l’examen de fin de semestre.

Synopsis : Izuku et All Might sont invités sur une île flottante sur laquelle vivent plusieurs scientifiques. Ils y retrouvent un vieil ami de All Might, tandis que Midorya y retrouve des camarades de classe. Tout se passe à merveille, jusqu’à ce qu’un mystérieux criminel organise une prise d’otage. All Might, ne pouvant intervenir à cause de ses pouvoirs défaillants, Midorya, accompagné de ses amis Katchan, Shoto, Tenya, Minoru, Ochaco et Eijiro, en tant qu’apprentis-héros seront donc obligés d’intervenir pour venir à bout de la menace.

DanMachi : Arrow of the Orion a eu droit le 2 juin à une séance unique au Grand Rex puis dans 8 autres villes (7 cinémas Kinepolis + Arvor à Rennes). L’histoire se déroule entre les 2 premières saisons et ce film, à défaut d’être parfait, aura eu le mérite de faire patienter les fans de la série qui attendait avec impatience la reprise de l’animé. Classique et efficace !

Synopsis : La ville d’Orario est en effervescence pour la fête lunaire, célébrée depuis bien avant l’ère des dieux. Bell Cranel, aventurier émérite et Hestia, sa déesse et partenaire, sont au cœur des festivités. Le clair de lune dissipe les ténèbres nocturnes et éclaire stands et spectacles. Très haut dans le ciel, loin de l’agitation de la cité, l’astre attend la naissance d’un héros, et le début d’une nouvelle quête.

Octobre 2018, Wakanim diffusait en simulcast Rascal Does Not Dream of a Dreaming Girl (Seishun Buta Yarou au Japon). En juin 2019, soit seulement 6 mois après la fin de la diffusion de la série, le studio Cloverworks remet en avant l’anime en projetant le film dans les salles de cinéma japonaises. Il s’agit de l’adaptation des tomes 6 et 7 du roman de Kamoshida HAJIME et elle fait donc suite aux événements de la série animée.

En France, à peine un mois plus tard, le 30 juillet 2019, Wakanim organise une projection exceptionnelle au Grand Rex à Paris et au Kinepolis de Lomme. Le succès est tel qu’une seconde projection suivra au Rex le 29 septembre, avant que le film titré Rascal Does Not Dream of a Dreaming Girl ne débarque enfin sur la plateforme le 27 novembre, permettant ainsi à tous les fans de découvrir le film.

Synopsis : Mai Sakurajima décide de se rendre chez son petit ami, Azusagawa Sakuta, et découvre qu’il vit depuis déjà 5 jours avec une jeune fille nommée Shōko Makinohara. Makinohara explique à Mai et Sakuta qu’elle vient du futur. Dans le présent, elle souffre d’une maladie cardiaque très grave qui la rapproche, chaque jour, un peu plus de la mort. Le seul moyen de la sauver et de recevoir un nouveau coeur. Dans le futur, Sakuta sera son donneur après avoir perdu la vie dans un accident de voiture. Elle est venue du futur pour pouvoir sauver la vie de Sakuta. Cependant, tout ne risque pas de se passer comme prévu…

Autre événement Wakanim, le second film Fate/Stay Night: Heaven’s Feel intitulé Lost Butterfly sorti au cinéma au Japon le 12 janvier 2019 et diffusé en avant-première en France le 23 février au Grand Rex à Paris. Le film débarque ensuite sur la plateforme Wakanim le 28 août. Le premier film Presage flower adoptait le point de vue du personnage de Sakura et revenait sur l’histoire de l’anime Fate/stay night avec des passages inédits. La 3e partie Spring Song est prévue pour le 28 mars 2020 au Japon.

Synopsis : Il voulait la protéger. C’était son désir le plus profond. 10 ans après « La Guerre du Saint Graal » qui vit s’affronter maîtres et leurs servants, une nouvelle guerre éclate aujourd’hui dans la ville de Fuyuki. Shirō Emiya, le fils adoptif de Kiritsu Emiya, déjà combattant durant l’ancienne guerre, décide de prendre part à ce nouvel affrontement afin de tenir sa promesse envers Kiritsugu. Aux côtés de Shirō se tient Sakura Matō, une jeune fille éprise de lui. Elle se rend chaque jour à son domicile pour lui préparer ses repas, apportant ainsi un peu de lumière dans sa vie. Mais depuis le début de « La Guerre du Saint Graal », l’air environnant est devenu bien plus pesant. Les meurtres se multiplient dans la ville de Fuyuki. Shirō décide de protéger Sakura. Aux côtés de Saber, la servante à laquelle il a fait appel, Shirō rejoint le camp du mage Rin Tōsaka et prend part à la guerre. Mais lorsque des forces obscures viennent se mêler à la bataille, la victoire semble leur échapper.

Encore et toujours Wakanim ! Les deux films Made in Abyss qui retracent essentiellement les événements de la première saison avec quelques scènes inédites, L’aube du voyage et Le crépuscule errant ont aussi eu droit à leur projection en avant-première au Grand Rex en avril. Ceux qui n’ont pas pu se rendre à Paris ont attendu fin novembre pour pouvoir les regarder sur la plateforme.

Synopsis : « Abyss », un lieu intriguant et nimbé de mystère. Un trou béant, seul lieu inexploré du monde. Un endroit fascinant et dangereux. Riko, jeune orpheline, a grandi dans une petite ville située au bord du gouffre tout en rêvant de devenir exploratrice, comme sa mère. Un jour, alors qu’elle explore le premier niveau de l’Abyss, elle rencontre un étrange robot qui ressemble à s’y méprendre à un être humain.

Je veux manger ton pancréas : une sortie nationale annulée

Je veux manger ton pancréas screenSorti au Japon en septembre 2018, les Français avaient pu découvrir Je veux manger ton pancréas (Kimi no Suizo wo Tabetai) dans la programmation Printemps des Saisons Hanabi 2019. Initialement annoncé pour une sortie nationale le 21 août, celle-ci est reportée au 13 novembre 2019 puis au premier semestre 2020. Et cela fait quelques jours qu’on a appris que la sortie est finalement annulée par Art House (le créateur des Saisons Hanabi). Après cette succession de reports, cette annulation définitive n’est malheureusement pas une surprise à la rédaction.

A l’exception de quelques projections cinémas, les fans qui attendaient cette adaptation du roman éponyme de Yoru SUMINO avec impatience depuis des mois devront se rabattre sur les Blu-ray et DVD chez @Anime, ou se tourner vers le roman sorti le 6 novembre aux éditions Pika. Les deux tomes de l’adaptation manga du roman sont également disponibles en France chez le même éditeur.

Synopsis : Sakura est une lycéenne populaire et pleine de vie. Tout l’opposé d’un de ses camarades solitaires qui, tombant par mégarde sur son journal intime, découvre qu’elle n’a plus que quelques mois à vivre… Unis par ce secret, ils se rapprochent et s’apprivoisent. Sakura lui fait alors une proposition : vivre ensemble toute une vie en accéléré, le temps d’un printemps.

Jésus ou la naissance d’un jeune réalisateur prometteur

Pour son premier long-métrage, Hiroshi OKUYAMA, du haut de ses 22 ans seulement et plus jeune lauréat du prix des nouveaux réalisateurs du festival de San Sebastian, signe avec Jésus (sorti le 25 décembre) la naissance d’un réalisateur prometteur avec sa vision du cinéma et du monde. Une belle découverte que l’on doit à Eurozoom !

Synopsis : Yura, un petit écolier quittant Tokyo pour s’installer avec ses parents chez sa grand-mère au fin-fond de la campagne japonaise. Là-bas, alors que l’hiver bat son plein et que la neige recouvre les paysages, il intègre une école catholique, religion qu’il n’a jamais pratiquée et qu’il a du mal à cerner, jusqu’à ce que Jésus, au cours d’une messe, lui apparaisse et commence à exaucer ses vœux.

 

Résultats du sondage

Question 1 : Quel(s) film(s) avez-vous vu au cinéma cette année ? (Plusieurs choix possibles)

Les Enfants de la mer 42,11%
Wonderland, le royaume sans pluie 36,84%
Alita: Battle Angel 34,21%
Nicky Larson et le parfum de Cupidon 34,21%
Pokémon Détective Pikachu 34,21%
Promare 34,21%
Liz et l’oiseau bleu 28,95%
Le Mystère des pingouins 26,32%
Dragon Ball Super: Broly 23,68%
Godzilla II Roi des Monstres 21,05%
Asako I & II 18,42%
City Hunter – Shinjuku Private Eyes 18,42%
Le Château de Cagliostro 15,79%
My Hero Academia Two Heroes 15,79%
Rascal Does Not Dream of a Dreaming Girl 15,79%
Tenzo 13,16%
Passion 10,53%
Fate/Stay Night: Heaven’s Feel II Lost Butterfly 10,53%
Millennium Actress 10,53%
Midway 7,89%
Le Cochon, le renard et le moulin 7,89%
Made in Abyss L’aube du voyage et Le crépuscule errant 7,89%
DanMachi : Arrow of the Orion 7,89%
Au bout du monde 7,89%
Jésus 7,89%
One Piece Stampede 5,26%

Ce premier classement des films regardés au cinéma coïncide pas mal avec le classement au box office avec dans le top 5 Alita: Battle Angel, Nicky Larson et le parfum de Cupidon et Pokémon Detective Pikachu (top 3 en sorties) avec un beau succès pour Les Enfants de la mer et Wonderland, le royaume sans pluie. Le bas du tableau ne surprend pas : on y retrouve les films qui n’ont pas eu droit à une sortie nationale. Dans les films à sortie événementielle, les sondés ont été plus nombreux à aller voir le film My Hero Academia Two Heroes.

Question 2 : Pour vous, quel(s) serai(en)t le(s) film(s) de l’année ? (Plusieurs choix possibles)

Promare 31,58%
Les Enfants de la mer 23,68%
Liz et l’oiseau bleu 15,79%
Asako I & II 15,79%
Nicky Larson et le parfum de Cupidon 13,16%
Wonderland, le royaume sans pluie 10,53%
Pokémon Détective Pikachu 10,53%
Le Château de Cagliostro 10,53%
Le Mystère des pingouins 7,89%
City Hunter – Shinjuku Private Eyes 7,89%
Passion 7,89%
One Piece Stampede 7,89%
Alita: Battle Angel 5,26%
Dragon Ball Super: Broly 5,26%
Rascal Does Not Dream of a Dreaming Girl 5,26%
Fate/Stay Night: Heaven’s Feel II Lost Butterfly 5,26%
Millennium Actress 5,26%
Made in Abyss L’aube du voyage et Le crépuscule errant 5,26%
Jésus 5,26%
My Hero Academia Two Heroes 2,63%
Godzilla II Roi des Monstres 0,00%
Tenzo 0,00%
Midway 0,00%
Le Cochon, le renard et le moulin 0,00%
DanMachi : Arrow of the Orion 0,00%
Au bout du monde 0,00%

Dans les films de l’année, clairement, ce ne sont pas les films les plus tout public qui se démarquent dans cette catégorie du meilleur film de l’année. Que cela soit Promare, Les Enfants de la mer et Liz et l’oiseau bleu, ce top 3 révèle que ces films ont grâce à leur originalité et leur réalisation touché le public français. Grâce à de l’action survoltée, des musiques qui emportent le spectateur et qui font ressentir de l’émotion, ils se démarquent de films « commerciaux » dont on peut souvent leur reprocher un manque d’âme ou la patte d’un réalisateur ! Carton plein pour Eurozoom et son flair pour dénicher des pépites du cinéma d’animation japonais !

Question 3 : Quel(s) film(s) auriez-vous aimé voir au cinéma cette année ? (Plusieurs choix possibles)

Le Mystère des pingouins 26,32%
Au bout du monde 26,32%
Promare 23,68%
Wonderland, le royaume sans pluie 23,68%
Millennium Actress 23,68%
Liz et l’oiseau bleu 21,05%
Les Enfants de la mer 18,42%
City Hunter – Shinjuku Private Eyes 18,42%
Le Château de Cagliostro 15,79%
Alita: Battle Angel 15,79%
Jésus 15,79%
Passion 13,16%
Fate/Stay Night: Heaven’s Feel II Lost Butterfly 13,16%
Made in Abyss L’aube du voyage et Le crépuscule errant 13,16%
Godzilla II Roi des Monstres 13,16%
Asako I & II 10,53%
One Piece Stampede 10,53%
Tenzo 10,53%
Le Cochon, le renard et le moulin 10,53%
Pokémon Détective Pikachu 7,89%
Dragon Ball Super: Broly 7,89%
Rascal Does Not Dream of a Dreaming Girl 7,89%
My Hero Academia Two Heroes 7,89%
Nicky Larson et le parfum de Cupidon 5,26%
Midway 5,26%
DanMachi : Arrow of the Orion 2,63%

Rien d’étonnant de retrouver des films sortis dans un nombre restraint de villes comme Au bout du monde, Millennium Actress (au Brady) ou City Hunter – Shinjuku Private Eyes … On pourrait s’étonner de trouver en première place Le Mystère des pingouins qui a pourtant eu droit à une sortie nationale le 14 août. Sûrement un mauvais timing avec la fin des vancances d’été et la rentrée scolaire assez proche… On retrouve dans ce classement Promare qui n’avait malheureusement eu une sortie que dans peu de salles car seulement en version sous-titrée où la VF est reine en France.

Question 4 : Parmi le(s) film(s) que vous avez vu(s), une ou plusieurs déceptions ?

Godzilla II Roi des Monstres 25,00%
Le Mystère des pingouins 15,00%
Wonderland, le royaume sans pluie 15,00%
Alita: Battle Angel 15,00%
Au bout du monde 10,00%
Les Enfants de la mer 10,00%
Tenzo 10,00%
Nicky Larson et le parfum de Cupidon 10,00%
Promare 5,00%
Liz et l’oiseau bleu 5,00%
Jésus 5,00%
Pokémon Détective Pikachu 5,00%
Dragon Ball Super: Broly 5,00%
DanMachi : Arrow of the Orion 5,00%
Millennium Actress 0,00%
Asako I & II 0,00%
City Hunter – Shinjuku Private Eyes 0,00%
Fate/Stay Night: Heaven’s Feel II Lost Butterfly 0,00%
Le Château de Cagliostro 0,00%
Le Cochon, le renard et le moulin 0,00%
Made in Abyss L’aube du voyage et Le crépuscule errant 0,00%
Midway 0,00%
My Hero Academia Two Heroes 0,00%
One Piece Stampede 0,00%
Passion 0,00%
Rascal Does Not Dream of a Dreaming Girl 0,00%

Dans l’ensemble, peu de films ont déçu. L’essentiel se concentre sur le deuxième opus de Godzilla Roi des monstres. Pour Le Mystère des pingouins, cela peut peut-être s’expliquer par le flou autour des phénomènes fantastiques et la difficulté à tout comprendre. Pour Wonderland, le royaume sans pluie, cela ne surprend personne à la rédaction tant le film avait fait débat. N’hésitez pas à commenter pour partager les raisons de vos déceptions.

Question 5 : Parmi le(s) film(s) que vous avez vu(s), une ou plusieurs bonnes surprises ?

Nicky Larson et le parfum de Cupidon 25,00%
Pokémon Détective Pikachu 25,00%
Le Mystère des pingouins 19,44%
Promare 19,44%
Les Enfants de la mer 16,67%
Alita: Battle Angel 11,11%
Le Cochon, le renard et le moulin 11,11%
Wonderland, le royaume sans pluie 8,33%
Liz et l’oiseau bleu 8,33%
Jésus 5,56%
Asako I & II 5,56%
My Hero Academia Two Heroes 5,56%
Passion 5,56%
Millennium Actress 2,78%
City Hunter – Shinjuku Private Eyes 2,78%
Fate/Stay Night: Heaven’s Feel II Lost Butterfly 2,78%
Le Château de Cagliostro 2,78%
One Piece Stampede 2,78%
Rascal Does Not Dream of a Dreaming Girl 2,78%
Godzilla II Roi des Monstres 0,00%
Au bout du monde 0,00%
Tenzo 0,00%
Dragon Ball Super: Broly 0,00%
DanMachi : Arrow of the Orion 0,00%
Made in Abyss L’aube du voyage et Le crépuscule errant 0,00%
Midway 0,00%

L’adaptation de Nicky Larson par Philippe Lacheau avait de qoi faire peur aux fans de la série mythique et preuve en est que les craintes ne sont pas toujours justifiées et que de bonnes surprises sont possibles dans le cinéma. En 2e position, on retrouve une autre adaptation qui présentait elle aussi un sacré défi : animer en prise de vue réelle des Pokémons ! Pari réussi pour  Nicky Larson et le parfum de Cupidon et Pokémon Détective Pikachu ! Encore et toujours Promare dont l’originalité pouvait faire peur à certains. Si précédemment, Le Mystère des pingouins avait déçu, on se rend compte ici que c’est aussi une bonne surprise pour les sondés : un film dont l’avis est tranché en somme !

Question 6 : Quel(s) film(s) vous tente(nt) le plus pour la sortie en DVD/BR ?

Promare 41,67%
Les Enfants de la mer 30,56%
Le Mystère des pingouins 25,00%
Alita: Battle Angel 22,22%
Pokémon Détective Pikachu 19,44%
Wonderland, le royaume sans pluie 19,44%
Liz et l’oiseau bleu 19,44%
City Hunter – Shinjuku Private Eyes 19,44%
Le Château de Cagliostro 19,44%
One Piece Stampede 13,89%
Dragon Ball Super: Broly 13,89%
Nicky Larson et le parfum de Cupidon 11,11%
Millennium Actress 11,11%
Fate/Stay Night: Heaven’s Feel II Lost Butterfly 11,11%
Godzilla II Roi des Monstres 11,11%
Asako I & II 8,33%
Rascal Does Not Dream of a Dreaming Girl 8,33%
Le Cochon, le renard et le moulin 5,56%
Jésus 5,56%
Au bout du monde 5,56%
Tenzo 5,56%
Made in Abyss L’aube du voyage et Le crépuscule errant 5,56%
Midway 5,56%
My Hero Academia Two Heroes 2,78%
Passion 2,78%
DanMachi : Arrow of the Orion 0,00%

Promare aura définitivement séduit les Français pour l’année 2019 ! Suivi par Les Enfants de la mer et Le Mystère des pingouins, les fables écologiques plaisent et sont attendues pour des après-midi pluvieux en famille par exemple… Godzilla et Broly pourtant bien classés dans le box office attirent moins qu’attendus. City Hunter – Shinjuku Private Eyes et One Piece Stampede ont leurs fans. Pour les événements Wakanim, leurs places en bas de classement s’explique par le fait que les films sont déjà disponibles sur la plate-forme en streaming.


Alors, 2019, c’était comment ? Une belle année entre sorties nationales et soirées événementielles ! Qu’il s’agisse de films faisant appel à la nostalgie des spectateurs ou aux fans de grosses licences (Pokémon, Nicky Larson, One Piece, Dragon Ball, Gunnm), des fables écologiques (une tendance cinéma de l’année avec Wonderland, Les Enfants de la mer et le Mystère des pingouins), des contes poétiques (Le Cochon, le Renard et le moulin et Liz et l’oiseau bleu), des classiques (Millennium Actress et Le Château de Cagliostro), il y en avait pour tous les goûts et quelques belles surprises au Grand Rex. Il ne reste plus qu’a espérer une diversité aussi riche en 2020 avec, qui sait, quelques blockbusters qui feraient du bien au cinéma japonais !

 

David Maingot

Je m'appelle David (29 ans). Responsable Culture à JDJ et passionné de culture et d'histoire du Japon, je rédige des articles en lien avec ces thèmes principalement :)

ZenMarket : le service d’achat qui vous livre directement du Japon !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *